Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

2173519_d5ed4540-0370-11e2-974b-00151780182c_640x280.jpg

 

CLAIROIX, USINE CONTINENTAL, HIER. Les Conti ont décidé d’aller en nombre au prochain rendez-vous fixé par le préfet de l’Oise.

 


Le gouvernement a-t-il lâché les Conti? Une chose est sûre, les Conti de Clairoix ne le lâcheront pas. Alors qu’ils attendent pour le 26 novembre la décision du tribunal des prud’hommes de Compiègne confirmant ou invalidant le motif économique de la fermeture de l’usine de pneus, un courrier signé du ministre du Travail, Michel Sapin, a mis le feu aux poudres.

En quelques paragraphes, il explique que la fermeture de l’usine en 2009 était justifiée, « le site ayant la productivité la plus faible et le coût de production le plus élevé ». Il n’en a pas fallu plus pour que le comité de lutte organise une assemblée générale hier. « Ces Montebourg, Duflot, Hamon et même Hollande nous soutenaient quand ils étaient dans l’opposition, ils disaient que Continental n’avait pas le droit de nous priver de nos emplois et, maintenant qu’ils sont au pouvoir, ils retournent leur veste et reprennent l’argumentaire des patrons », insiste Roland Szpirko, fidèle conseiller des Conti, ancien de l’usine Chausson à Montataire.

Ils attendent toujours le reclassement des anciens salariés

Une réunion doit se tenir le 4 octobre avec la direction de Continental et le préfet pour préciser les termes du reclassement de 200 des 600 anciens salariés encore au chômage.
« Nous avons réussi à leur arracher ça, mais le cabinet de reclassement Altédia, mandaté par Continental, n’a contacté personne depuis des mois… » souligne Pierre Sommé, secrétaire du comité de lutte. Alors, les Conti ont décidé d’aller en force et en nombre à ce rendez-vous. « M. Gérard, le directeur France, pense que nous ne sommes plus mobilisés, qu’il nous aura à l’usure. Nous allons lui prouver le contraire! » Par ces mots, Roland Szpirko résume la pensée des 220 Conti présents hier, toujours prêts à défendre leurs intérêts.


Source leparisien.fr

 

Pris sur le blog de cocomagnanville. Pour le lire:link

 

Commenter cet article