Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Conformément à la loi, la première organisation syndicale française a rendu public son bilan financier 2010 certifié par un commissaire au compte. Ce bilan met à mal les fables (patronales mais pas seulement) concernant le financement de la CGT. C'est sans doute pour cette raison que les médias aux ordres n'en informent personne.

     Les cotisations des syndiqués représentent 52, 5 millions d'euros, les subventions publiques un peu moins de 6, 2 millions d'euros. Seulement 18% des élus et collaborateurs travaillant à la confédération sont détachés de la fonction publique (29 sur 161).

     Au dernier exercice clos, celui de 2009, la CGT comptait 669 614 syndiqués dont 115 282 retraités. Les exercices non clos font apparaître une progression de 3, 6% en 2010 et de 1% en 2011. 13, 4% des adhérents ont moins de 35 ans et 6, 4% moins de 30 ans. En comparaison, sur les adhésions réalisées en 2011, 28% ont moins de 35 ans et 16, 8% moins de 30 ans.

     Les cégétistes sont des hommes à 64, 7% et  salariés du privé à 55, 2%. 58, 7% des syndiqués travaillent dans des entreprises de plus de 500 salariés et 7, 2% dans celles de moins de 50 salariés. En comparaison, sur les adhésions réalisées en 2011, 42% sont des femmes  et 62, 3% salariés du privé.

     Alors que la CGT est financée essentiellement par ses adhérents, les cotisations patronales versées à leurs syndicats ne proviennent pas de la poche des employeurs. Elles sont prises directement sur les richesses créées par les travailleurs et imputées sur les frais généraux des entreprises. De plus, le patronat assume sa représentation en utilisant les DRH, experts et autres cadres supérieurs rémunérés par les entreprises. Ainsi en est-il au Conseil de prud'hommes de Mantes par exemple: nombre de conseillers élus par les employeurs appartiennent à ces catégories; dès lors, en plus d'être rémunérés par leurs entreprises, ils perçoivent des vacations (du ministère de la Justice) pour assurer leur mandat prud'homal. Qu'on se le dise.

 

 

     NB: Un problème technique sur overblog, durant ce week-end du 11 novembre, a privé nombre d'abonnés des articles parus dans cette période. Ils sont visibles sur mon blog sous les titres Après Papandréou, Papadémos et La devinette du week-end. Merci à toutes et à tous pour votre fidélité.

Commenter cet article