Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Ou en termes plus crus, est-ce le bordel dans l'état le plus petit du monde? Car, après les affaires sexuelles qui écornent sérieusement la sainte image de l'Eglise, la valet particulier du pape qui laisse filer orbi les secrets de sa Sainteté, voilà de l'argent (sale?) qui réapparaît. Oui, le même dont Jésus avait chassé ses marchands du Temple, du temps de son vivant où il faisait le ménage entre la foi et les affaires.

 

  

Le monde secret du Vatican : les enfants de chœur du Vatican

  Aujourd'hui, c'est le banquier en chef du Vatican qui est fichu à la porte, sans que Benoît XVI ne l'ait consenti.

  En fait, il y a deux banques au Vatican, l'une officielle dénommée Administration du patrimoine du siège apostolique (oui parce que banque ça aurait rappeler les marchands du temple). L'autre, plus officieuse et encore plus secrète, s'appelle l'Institut pour les oeuvres de religion (IOR).

  Elle a été fondée par Pie XII en 1942, le pape qui n'a dit trop rien contre les crimes nazis. Elle facilita de nombreux transferts financiers durant la guerre et après. L'opacité de son système fut telle qu'elle permit que du fric de la Mafia fut recyclé en bon argent. Un évêque US, Mgr Markus, présidait l'IOR sans trop de scrupules. L'IOR se trouva mêlé à un scandale financier italien dont le Vatican a dit son "engagement moral", mais pas personnel. Pour autant, afin d'éteindre le feu de l'enfer, le Saint-siège déboursa 241 millions de dollars pour rembourser les créanciers.

 

  Bon, malgré la fable de Sarkozy comme quoi il n'y aurait plus de paradis fiscal, l'IOR était dans la ligne de mire de l'Europe. En effet, l'Institut pour les oeuvres de la religion n'avait pas les 9 critères nécessaires pour être inscrit sur la "Liste blanche" des états propres.

  Benoît XVI nomma un de ses potes à la tête de l'IOR: Ettore Gotti Tedeschi. Pas un monseigneur, mais un laïc, banquier international de renom. Un fidèle toutefois, puisqu'il est membre de l'Opus dei, organisation ultra catholique ne brillant pas par son ouverture d'esprit, sauf pour le fric. On faisait mieux pour établir la clarté au sein de l'IOR.

  Du coup, comme rien ne se passait, (et pour cause) Ettore Gotti Tedeschi fut viré, sans que sa Sainteté ne puisse rien dire.

  Après son valet de pied incarcéré soi-disant parce qu'il s'était mué en corbeau, puis son banquier personnel limogé, Benoît XVI n'a pas fini. On parlerait d'un complot pour le remplacer sur son trône alors qu'il respire encore comme vous et moi. Et si Jésus revenait pour aérer le Saint-siège, non?

 

 

 

 

 

Commenter cet article

M
Joachim a tout dit
https://www.youtube.com/watch?v=9kdZSVYlmBs
Répondre
L


Oui, Joachim du Bellay dans son sonnet l'a mieux chanté. Comme quoi, l'histoire au Vatican semble se répéter...