Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Coco Rouge-Coeur

     Voilà, il est passé, avec sa hotte remplie de bienfaits pour les enfants et les plus grands, du moins je l'espère. Les rues des villes et des villages ont été illuminées pour cette fête éternelle mêlant nativité chrétienne et rite païen autour du solstice d'hiver. Un temps, on a oublié la crise qui opprime le plus grand nombre et nos doutes sur l'avenir: c'est cela, peut-être, la magie du jour de Noël.

 

     Pour autant, dès le lendemain, ne perdons pas la tête devant les médias officiels nous soufflant toujours ce qu'on doit penser et faire. Ces médias, à la solde du capitalisme, nous insultent en prétendant que, dans l'Union européenne en pleine crise, la consommation a augmenté et que 158 euros ont été dépensés par enfant. Noël est toujours pour les nantis et leurs valets l'occasion de nous faire prendre des vessies pour des lanternes: à savoir, notre égalité devant un sapin de Noël, alors que nous sommes inégaux dans notre quotidien.

 

     Quant à la merveilleuse image des petits lutins fabriquant des joujoux par milliers, qui sont -ils?

     Ils sont pauvres par millions ( 3 à 5 selon les estimations des ONG) et dans une détresse sociale incommensurable (3, 50 euros par jour, pour 400h de travail par mois 7 jours/7). Ce sont des femmes de 15 à 30 ans et aussi des enfants, tous du continent asiatique, mais particulièrement de Chine et de Thaïlande. 8 000 entreprises les exploitent, usines sous-traitantes pour le compte de l'industrie internationale du jouet.

     Certes, les législations européenne et française encadrent la mise en vente de ces produits. Mais la sécurité n'est-elle pas engagée de plus en plus avec la suppression d'emplois publics dans les douanes ou la répression des fraudes? La sécurité est-elle toujours assurée sous le dogme constant de la concurrence libre et non faussée?

     En 2004, les audits effectués par UFC Que choisir, dans des entreprises chinoises sous-traitantes de grandes marques, avaient été qualifiés "d'édifiants": travail forcé, travail des enfants, conditions d'hygiène et de sécurité déficientes, non-respect de la législation locale (214 heures sup/mois contre un maximum autorisé de 36h et sans majoration). Cela s'est-il amélioré?

     Non, la garantie d'un revenu fixe et décent, le prix stable non soumis aux aléas de la Bourse, l'échange commercial d'égal à égal entre pays et l'affirmation d'un droit international avec pour référence le respect de l'humain ne sont pas à l'ordre du jour du capitalisme.

 

     Le père Noël est donc passé. Il reviendra l'an prochain, cela est de tous les temps. Mais doit-il toujours être une ordure? Non, agitons-nous dès à présent sur nos conditions de vie et de travail. Interrogeons-nous sur la question des prix et la répartition des richesses. Laissons les vieilles lunes à ceux qui les agitent pour nous berner et nous soumettre au rang de sujets.

     Alors, nous respirerons mieux. Et pas seulement demain devant notre sapin de Noël.

 

 

Appuyez sur la zizic et cela ira encore mieux!

Commenter cet article