Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Enfin pas pour l'ensemble des salariés bossant pour Arcelor de Florange, mais pour l'affairiste Mittal. L'Assemblée nationale a adopté le pacte de compétitivité et le crédit d'impôt qui va avec. On aurait pu croire que ce cadeau fiscal serait conditionné à l'investissement ou réserver aux PME. Pas du tout, Jean-Marc Zayrault a tranché, avec la bénédiction de l'Elysée, toutes les entreprises en bénéficieront.

Et un cadeau de plus dans les petits souliers de monsieur Mittal: entre 30 et 40 millions d'euros de ristournes fiscales, l'équivalent du chèque accordé par Sarkozy à Liliane Bettencourt dans le cadre de son bouclier fiscal. C'est dire qu'on prend le même et l'on recommence...

 

Ce n'est pas moi qui sort la calculette, mais deux socialistes, à savoir l'économiste Karine Berger, secrétaire nationale du PS à l'Economie et le député de l'Essonne Jérôme Guedj, en "régime de croisière", le crédit d'impôt pourrait en effet pousser l'Etat à accorder un allègement d'impôts équivalent à 20 ou 30 millions d'euros pour la société Mittal.

 

Alors que le contrat entre le gouvernement et Arcelor Mittal était sensé démontrer la politique sociale de François Hollande, le reniement brutal de l'affairiste indien et cette révélation montrent plutôt que c'est un traité de Munich qui fut formalisé.


Pour les plus jeunes, à Munich, en 1938, la France et la Grande-Bretagne, en signant un traité, laissaient les mains libres à Hitler pour dépecer la Tchécoslovaquie et ensuite l'Europe. Aujourd'hui, le gouvernement socialo-écolo agit pareillement avec le capitalisme.



François Hollande sur le site d'ArcelorMittal à Florange

François Hollande passant le réveillon à Florange. Non, en fait, c'était le candidat à la présidence de la République venu faire peuple avec les sidérurgistes lorrains.

Commenter cet article