Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  A peine intronisé président de la République, François Hollande participe au G8 avec les 7 chefs d'état les plus puissants de la planète. Depuis 2008, tous ces pays se sont employés à sauver les meubles du capitalisme. Et les facture de la crise furent réglées par les salariés et les peuples des pays concernés, mais aussi par la terre entière. Or, les solutions incontournables pour raser gratis demain sont de plus en plus remises en cause, pour avoir aggravé le mal. Les plans d'austérité adoptés à la chaîne n'ont fait que faire exploser le chômage et réduire à zéro toute espèce de croissance. Même les USA, clé du capitalisme international, sont dans la tourmente avec près de 12 millions de chômeurs, soit 8,1% des actifs. Aussi, le président Obama, qui sait qu'il est attendu sur ce sujet pour être réélu, se dit très soucieux de retrouver le chemin de la croissance.

 

  Les bonnes âmes de la pensée unique vont se satisfaire de cet état d'esprit. François Hollande pourrait trouver, avec le locataire de la Maison blanche, un allié pour abaisser le caquet à une certaine Angela Merkel.

  Or, qu'on ne s'y trompe surtout pas. Les USA cherchent d'abord à relancer ses intérêts en gagnant des positions sur le marché européen. Le continent le plus modernisé et industriel en panne, c'est des recettes en moins pour l'économie américaine. Il faut donc relancer la machine, mais pas comme semble le souhaiter les Grecs qui ont viré du pouvoir leurs partis adeptes de l'austérité ou comme les citoyens français ont fait de même avec Sarkozy. Obama ne cache pas ses convergences avec Mario Monti, l'un des ex-pontifes d'une des plus grosses banques américaines, la Goldman Sachs. Le premier ministre italien ne voit la compétitivité et la croissance que dans la concurrence libre et non faussée et la réforme du marché du travail au détriment des salariés.

  C'est ce type de fuite en avant qu'il faut combattre. Fin avril, l'Organisation internationale du travail déplorait la perte de 50 millions d'emplois par rapport à 2007. Elle mettait aussi en garde contre "l'amorce d'une nouvelle phase encore plus problématique de la crise mondiale de l'emploi". 

  Bref, à ce G8, François Hollande, président de la République française, va-t-il suivre les traces de Nicolas Sarkozy en la matière?

  Et cerise sur le gâteau, juste après, se tiendra le sommet de l'Otan aux pays du billet vert, comme pour montrer que l'Amérique (du moins celle d'Obama) est bien le chef du monde, politiquement, économiquement et militairement. L'Otan, auquel est vassalisée la Grèce (avec un budget militaire exponentiel à cet effet)... Et pour notre pays, combien lui coûte son adhésion à ce groupement militaire impérialiste? Là aussi, François Hollande prendra-t-il les mêmes marques que Nicolas Sarkozy?

Commenter cet article