Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Quelques éléments de lecture:

D'abord, cette prise d'otages en plein territoire algérien montre bien la porosité des frontières entre tous les états du Sahel et l'implantation de bases terroristes du fascisme musulman dans tous ces pays. Et, pas que dans le Nord du Mali. Il montre aussi, notamment pour le cas de l'Algérie, que les richesses naturelles d'un pays ne profitent pas au peuple mais à des trusts capitalistes (BP en l'occurrence mais pas seulement) et à une certaine élite autochtone loin du quotidien qu'endure l'ensemble de la population. Les inégalités sociales criantes et l'appétit des groupes privés étrangers, un terreau favorable pour voir dans le marigot de l'islamisme intégriste un nouvel horizon.

Marigot financé par les monarchies pétrolières intégristes alliées des Occidentaux : le Qatar ou l'Arabie saoudite, mais pas seulement. Sans que ce ne soit un secret pour l'Elysée. En effet, lors de son récent déplacement dans les Emirats arabes unis, François Hollande à inviter ce pays à la "vigilance" sur la destination réelle des fonds destinés aux populations africaines. Effectivement, en août 2012, 1,3 millions d'euros du Qatar, via son Croissant rouge, avait atterri dans le Nord du Mali, alors contrôlé entièrement par les intégristes.

Financement par l'étranger, mais complaisance des gouvernements. Dans cette prise d'otages,  le communiqué des ravisseurs émane de l'agence Nouakchott information, Nouakchott étant la capitale de la Mauritanie.

 

L'interview, dans le quotidien algérien El Wattan, de Maurice Freund, un Français fondateur d'une agence de voyages très active dans le Sahel, montre toute la personnalité de Mokhtar Belmokhtar, le führer de ces terroristes qui ont perpétré la prise d'otages en Algérie et ses différents monnayeurs, à commencer par les USA en Afghanistant contre les Soviétiques.

 

Extraits de son interview:

« Jusqu’en 2008, il nous est arrivé de croiser Mokhtar Belmokhtar et même Abderezak El Para (un des leaders du GSPC), avec lesquels nous prenions un verre de thé lors de rares rencontres. Il y avait une espèce de modus vivendi : pas de prise d’otage sur le territoire malien en contrepartie d’un laisser-faire. Le trafic de cigarettes, de drogue et des immigrés était connu de tous avec des complicités au plus haut niveau. »


Ou: « Déjà en 1995, nous croisions des prédicateurs wahhabistes [mouvement islamistes saoudien ultra orthodoxe,] venant du Soudan et même du Pakistan. Ils n’étaient pas agressifs et pratiquaient l’aide sociale de manière très efficace. Il est arrivé que l’un de nos propres guides rejoigne AQMI contre rémunération. »

 

Et: (...) je n’ignorais pas grand-chose de la terrible compromission entre les plus hautes autorités de l’Etat malien avec tous les maîtres du trafic. Les islamistes étaient totalement protégés. (...) Pour lutter contre les rebelles touareg, on a accepté des alliances avec les islamistes. »


En 2003, le même groupe s'était rendu coupable de l'enlèvement de 32 touristes libérés contre une forte rançon.

Sahel : une géopolitique de l'invisible !

Sahel : une géopolitique de l'invisible !

 

 

  Sahel : une géopolitique de l'invisible !


 

 

Commenter cet article

Canaille le Rouge 17/01/2013 12:08

je t'ai fait de la pub en repiquant et en détaillant dur Freund