Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs


 
   La nouvelle est tombée ce lundi en France, sans émouvoir ni les tenants de la concurrence libre et non faussée, ni surtout pas que les USA fassent leur loi dans notre pays.
   Constatant que les agences, sous l’autorité du directeur régional de Carlson Wagonlit Travel (Centre-Est) et de celui de l'Est, avaient commercialisé de nombreux produits de voyage sur Cuba, le groupe américain a exigé leur tête et les a licenciés. De plus, Carlson Wagonlit Travel France risque une amende de 38 000 dollars par personne s’étant rendue à Cuba grâce au concours d’une entreprise américaine, même basée en Gaule.
  L'embargo des États-Unis contre Cuba est économique, commercial et financier. Il est mis en place depuis le 7 février 1962, à la suite de nationalisations expropriant des compagnies américaines, avec la révolution cubaine qui a renversé la dictature de Batista, féale des USA. En 2012, le blocus est toujours en place, ce qui en fait le plus long de l'époque contemporaine. Cependant, il ne concerne pas les produits alimentaires, car les affaires étant les affaires, les USA  assurent entre 35 et 45% des importations de nourriture et ce à des tarifs prohibitifs.
  On dit blocus en français, mais embargo en anglais: nuance oblige.
  Cependant, c'est la 18e fois que l'Assemblée générale de l'ONU le condamne. L'UE, puissance économique incontestée, puisqu'elle siège à tous les G8, comme la France aux G5, s'oppose aussi à ce blocus. Mais ce n'est que de façade, puisque ni l'une ni l'autre ne porte l'affaire devant l'Oganisation mondiale du commerce (OMC), alors que ce blocus affecte leurs relations commerciales. Mais on est les potes des USA ou on ne l'est  pas.





Commenter cet article