Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Oui et avec lui 13 cadres de l'empire Wendel dont il est l'héritier. ils viennent de recevoir un courrier de la Commission des infractions fiscales (CIF) daté du 10 avril 2012. il leur est reproché d'avoir fraudé et ils sont passibles de 37 500 euros d'amende et de cinq ans d'emprisonnement. Les impôts leur réclameraient une ardoise de 200 millions d'euros, dont une quarantaine au seul baron Seillière.

 

  Le baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde est un héritier du capitalisme dynastique, en l'occurrence le Groupe Wendel, dont le chiffre d'affaires consolidé en 2010 est de 5,491 milliards d'euros. En plus de cette immense fortune, qu'il gère, le baron a appartenu à différents cabinets ministériels de la droite française entre 1969 et 1973. Oui, la droite et les grandes fortunes sont toujours ensemble dans l'histoire sociale de la France. En 1997, il devient le patron des patrons français, le CNPF (Conseil national du patronat français). Or, au terme de patron, il préfère celui d'entrepreneur et le CNPF devient le Medef, qu'il dirige jusqu'en 2005.

   L'un de ses ancêtres, François de Wendel, fut président du Comité des Forges (ancêtre du Medef) et le chef des 200 familles les plus riches en France après la Première Guerre mondiale; il fut aussi l'un des acteurs majeurs d'un politique conservatrice qui échouera avec l'avènement du Front populaire. Les de Wendel appartiennent à une dynastie industrielle présente dans l'économie à la fin de l'Ancien régime. Ils émigrent lors de la Révolution de 1789, les forges de Hayange sont alors vendus comme biens nationaux. Sous le 1er empire, de retour en France en 1804, les de Wendel rachetèrent leurs biens.

 

  S'il n'est plus le boss principal du groupe Wendel, Ernest-Antoine Seillère n'en demeure pas rien. Devenu retraité de l'entreprise Wendel, sa retraite complémentaire s'élève à 763 407 euros en 2010, joli pactole qui s'ajoute à sa pension forcément confortable, plus quelques jetons de présence ici ou là. Lorsqu'il était le big chef du Medef, il avait sorti qu'une société qui acceptait le PACS devait revenir aux 48h hebdomadaires.

 

seilliere.jpg

 

  On est pas là pour se faire engueuler, écrivait-il en mars 2012.

  Oui, c'est vrai que le baron Seillère est Commandeur de la Légion d'honneur et Officier de l'Ordre national du Mérite, pour services rendus à la nation.

 

  Tiens, je ne me rappelle plus qui étaient les deux présidents de droite de la Ve République (de 1995 à 2007) qui avaient parlé de patrons voyous...

  Et ne vous mettez pas un crédit sur la tête pour acheter le bouquin du baron.

 

 

 

 

Commenter cet article