Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

 

 

 


 

 

   Le Kurdistan, littéralement le "Pays des Kurdes", n'existe pas. Pourtant, c'est une région principalement habité par ce peuple. Actuellement, seuls deux pays le reconnaissent: la province du Kordestan en Iran et la région du Kurdistan en Irak.

 

   En 1920, après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres prévoit la création d’un État kurde sur les restes de l'Empire Ottoman qui faisait partie des vaincus. Mais par le Traité de Lausanne de 1923, le Moyen-Orient est partagé entre la France et la Grande-Bretagne : l'Irak est sous mandat colonial des Britanniques, La France s'arroge la Syrie et le Liban. C'en est fini du kurdistan. Pourtant, de nombreuses révoltes kurdes s'opposent à ces puissances coloniales. 

  Dans l'Irak britannique, différentes villes et villages sont rasées par l'armée de Grande-Bretagne; en 1925, l'arme chimique, l'ypérite, est utilisée sur la ville kurde de Souleimanive: les 2/3 de sa population sont atteints.

   La Turquie kémaliste, en 1923, veut rénover le nationalisme dans ce pays. De ce fait, il nie l'existence de sa très forte minorité kurde et emploie les forces armées pour réduire à néant son identité. Aujourd'hui encore, la Turquie réprime sans compter toutes les revendications kurdes.

  En Irak, en 1987, Sassam Hussein lance un raid à l’arme chimique sur la vallée du Balisan: 182 000 personnes périssent. La cour internationale de la Haye qualifie ces atrocités de génocide; en 1991, lors de la Première Guerre du Golfe,  les Kurdes sont à nouveau réprimés. 

 

  Actuellement, en Syrie, les combats ont épargé la région peuplé par les Kurdes et ceux-ci ont évité toute violence en chassant pacifiquement les éléments du régime d'El Assad. D'un autre côté, ils sont extrêmement méfiants envers l'opposition syrienne, la jugeant peu encline à reconnaître leur spécificité. Dès lors, pour faire valoir leurs droits et gérer leur région, les partis kurdes viennent de s'unir en Conseil national kurde, le 11 juillet, sous le parrainage de Massoud Barzani, président de la région autonome kurde d'Irak. Et les Kurdes de Turquie apportent également tout leur soutien à leurs frères de Syrie.

  C'en est plus que trop pour la Turquie qui se permet des raids armés en Irak. Aujourd'hui, elle masse des forces armées à la frontière syrienne et a prévenu qu'elle pourrait exercer son droit de poursuite à chaud en territoire kurde syrien.

  La Turquie est un allié privilégié des USA dans cette partie du monde. Elle participe aussi activement aux aventures guerrières de l'OTAN. Et elle agit toujours avec la complicité évidente des USA, eux-même alliés de l'Arabie saoudite et du Quatar. D'un autre côté, La Turquie soutient et arme les adversaires au régime syrien. Bref, en aucune manière, elle est un instrument de la Paix dans cette partie du monde.

 

Commenter cet article