Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Oui, la SNCF propose un enlèvement de bagages à votre domicile. Fini donc cet ancien encombrement de valises et de sacs divers pour partir en vacances par le train.

bagages.jpg

 

  Mais faut-il sourire de ce service rendu au public ou s'en indigner? Pour s'en convaincre, l'article paru dans Le Monde.fr:

Vous partez en vacances en juillet avec votre marmaille et vous ne voulez pas être encombré ? Formidable, la SNCF propose un service d'enlèvement de bagages à domicile pour 33 euros. Il suffit, indique un dépliant publicitaire, de composer le 3635 (appel surtaxé, 0,34 euro la minute). Surprise : l'appel permet de découvrir que l'enlèvement des bagages ne peut se faire que 48 heures avant la livraison, par exemple le jeudi 5 juillet pour une livraison le samedi 7 sur le lieu des vacances. Quels vêtements portera-t-on entre-temps ? Au retour, c'est encore pire : quatre jours d'attente. Un employé viendra chercher la malle le samedi 13 juillet au matin, mais il faudra patienter jusqu'au 17 pour se la faire livrer, pour cause de 14 juillet férié, de dimanche chômé et de lundi "récupéré".

Il faudra donc quand même prendre un gros sac dans le train, et y glisser ses médicaments, puisque ceux-ci sont interdits dans la malle, ainsi que les aliments...

Pour l'enlèvement et la livraison, il faut compter une demi-journée d'attente à chaque fois, de 8 heures à 13 heures ou de 13 heures à 17 heures, créneaux fixés par la SNCF. Si vous voulez être servi "en soirée", c'est-à-dire entre 17 et 19 heures, il faut payer un supplément de 15 euros. Sur rendez-vous, le surcoût est de 20 euros.

Pour suivre le transport du bagage, il faudra encore appeler le numéro surtaxé. Pourtant, la loi Chatel, entrée en vigueur en juin 2008, interdit ces numéros pour les services destinés à suivre l'exécution d'un contrat... Au final, on est loin du prix annoncé.

DES CLOWNS DANS LE TRAIN

Il ne faudra pas non plus oublier de peser son bagage : seules les valises ou les malles de moins de 30 kg sont acceptées. Or la plupart des vendeurs de malles se contentent d'indiquer leur longueur, leur largeur et leur hauteur, mais pas leur poids, ni leur contenance. Certes, en multipliant longueur, largeur et hauteur, on obtient le volume : une cantine de 61 × 29 × 23 centimètres donne ainsi une contenance d'environ 40 litres.

Mais pour quel poids ? Seul Manutan le précise : 4,5 kg pour une malle en acier de 35 litres. Et combien pourra-t-on caser de pulls et de manteaux là-dedans ? Aucune idée.

Une option existe : acheter une housse sous vide, et faire sortir l'air avec un aspirateur. Nous avons fini par trouver une cantine militaire souple de 2,5 kg, d'une contenance de 160 litres, qui fait, paraît-il, un tabac chez les soldats.

Bien que nous ne soyons pas sûrs de voyager léger, nous devrions nous amuser, puisque la SNCF a prévu des clowns dans le train : 5 euros par enfant et par adulte accompagnant.

 

  Note de ma pomme: La SNCF, jamais à court d'idées pour sacrifier l'emploi, sous statut vient de créer aussi une société de transport des voyageurs par car, au départ de Paris et de Lille pour Londres, Bruxelles ou Amsterdam à partir du 23 juillet.

     Bonjour le progrès: alors qu'il faut 1h 25 en train pour la capitale de la Belgique depuis Paris, le car mettra presque 4 heures, sans compter toutes les difficultés inhérentes à la circulation routière. Mais, il y aura la wifi à bord et le chauffeur, bi-lingue français-anglais, sera baptisé "capitaine". Bon, il ne sera pas soumis à la réglementation du travail des cheminots, mais à la convention collective nationale des transports qui ne brille pas par ses avancées sociales. Le tarif vert pour Bruxelles est de 33 euros, plus si on voyage en période orange ou rouge. C'est sûr que c'est vraiment compétitif avec la SNCF.  Mais on n'attrape pas non plus les mouches avec du vinaigre et exit les conditions de travail et le salaire des chauffeurs. Quant au service rendu au public, les premiers servis seront les seuls à bord des cars. Idbus, que ça s'appelle et ça n'a pas l'intention de faire circuler une ribambelle de cars pour satisfaire la demande. Pas folle la guêpe.

 

Commenter cet article

Lamalice 06/07/2012 09:27

Sans compter le bilan carbone des bus catastrophique devant le trafic ferroviaire... et le risque d'accident!