Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 2

   L'un de ses cadres vient de se suicider dans ses locaux. Il s'est défénestré mercredi 29 février, dans le centre-ville de Rennes, à 28 ans. Une lettre a été laissée sur les lieux du drame. Dans un premier communiqué, la direction de la poste a qualifié ce drame "d'incompréhensible".

 

     Le journal Ouest-France a écrit cet article, suite à une seconde lettre, laissée à son domicile et que sa compagne a rendu publique:

  "Ce vendredi après-midi, dans les locaux du syndicat CFDT, Elodie, la compagne du jeune cadre à la direction du courrier de la Poste Haute-Bretagne, qui s’est défenestré mardi midi d’une fenêtre d’une salle de réunion du bâtiment de la Poste de Rennes a décidé de raconter la souffrance au travail de son compagnon. « Pour qu’un geste comme celui que Jerémy a fait ne se reproduise plus ».

« Cela devenait insupportable »

  On savait que Jérémy Buan, originaire de Combourg, au nord de Rennes, avait laissé une lettre sur une table de la salle d’où il a sauté. Mais le postier a laissé une seconde lettre qu’il a écrite chez lui et qu’il a laissée à sa compagne. Élodie a souhaité lire un passage de cette lettre, d’une quarantaine de lignes, dans lequel il explique son geste.

  « Jamais eu aucun retour positif »

  « Cette vie me devenait trop insupportable. Le travail que j’effectue chaque jour ne semble pas être apprécié. Je suis remis en cause en permanence sur toutes mes actions. Depuis que je suis passé cadre à La Poste, j’ai cherché en vain à réussir, me former, écouter mais rien ne semble y faire, je n’ai jamais eu de retour positif ».

  Du coup, Jérémy, jeune père, explique sur le papier, qu’il a perdu confiance en lui, « avec une anxiété permanente.   

  Les reproches sont soutenus par toute la hiérarchie. On fait ce que l’on peut avec les connaissances que l’on a. Toute cette anxiété professionnelle a réussi à prendre le pas sur ma vie privée ».

  Vers un accident du travail ?

  Le syndicat CFDT, auquel le jeune cadre était adhérent, ne sait pas encore les suites judiciaires qu’il va donner à cette affaire. « Nous avons demandé à ce que la victime fasse l’objet d’une déclaration d’accident du travail. Nous pointons une responsabilité individuelle et collective de la direction de La Poste dans ce drame ».

  Trois enquêtes lancées

  Jeudi, une réunion a eu lieu entre des représentants de la direction, des syndicats, de l’inspection du travail et le médecin de prévention. Décision a été prise de lancer une double enquête, en plus de l’enquête judiciaire : une enquête de l’inspection du travail débutera la semaine prochaine.

 La direction de la Poste s'est exprimée dans un deuxième communiqué: « Comprenant la douleur et l’émotion de la famille, la direction du Courrier Haute Bretagne rappelle qu’une triple enquête va être menée : celle de la police judiciaire, celle de l’Inspection du Travail et celle des membres du CHSCT. Comme elle s’y est engagée, elle mettra tout en œuvre pour que ces enquêtes puissent aboutir au plus tôt et dans les meilleures conditions »."

 

 

     Alors que les patrons du secteur public (pour ce qu'il en reste) et des entreprises privées ont le regard fixé sur les sautes d'humeur du marché, le stress au travail de leurs salariés n'est pas leur préoccupation majeure (si elle l'avait été auparavant).

     Pourtant, un pic de suicides est à craindre. il n'y a qu'à regarder la Grèce pour s'en convaincre: augmentation de 40% des suicides au premier semestre 2011, comparé au deuxième semestre 2010.

     En France, Philippe Rodet, ex-médecin urgentiste et spécialiste du stress se dit assez inquiet. Il précise que les suicides ne sont que "la partie émergée de l'iceberg" des problèmes de souffrances au travail. "Si l'on compte le nombre d'infarctus dans les entreprises où il a beaucoup de suicides, les entreprises sont mal parties". 

     Comme France Télécom, la Poste, elle, ne comprend toujours pas.

 

 

Commenter cet article