Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  On l'a entendue à Berlin entre Hollande et Merkel. La croissance fut rabâchée aussi lors du sommet des 8 états les plus riches du monde, aux USA. Elle sera le nouvel évangile au dîner informel des chefs d'états européens, mercredi à Bruxelles. Bref, elle rallie à son panache blanc (parce qu'il n'a jamais servi) le pays du dollar et de sa planche inépuisable à billets, l'Allemagne d'Angela Merkel, la Bce de l'ancien commis de la très Us Goldman Sachs, comme le tout nouveau dans ce cénacle des puissants de notre planète, le président de la République française.

 

  Alors, oubliée la rigueur? Pas tout à fait, il faut de la croissance et réduire les budgets publics, comme si on pouvait marier l'eau et le feu. Pour cela, François Hollande a ordonné Pierre Moscovici grand argentier de la France. Il s'y connaît lui en économie. N'est-il pas le président du lobby patronal appelé le Cercle de l'industrie qui rassemble une vingtaine de présidents de grandes entreprises françaises intervenant dans tous les secteurs industriels ainsi que des hommes politiques (à parité entre l'Ump et le Ps). La majorité de ces entreprises sont cotées au Cac 40 et vous allez rire, l'ex boss français du Fmi était vice-président de ce Cercle, avant qu'il n'explose en vol...

  Pour finir "le Cercle de l’industrie participe à la réflexion sur la définition et l’articulation d’une nouvelle politique industrielle et d’une amélioration de la gouvernance économique en Europe. Il s’implique dans les propositions et débats des institutions européennes en la matière. "  C'est dire...

 

  Ouf, les 7 pays de la zone euro sans croissance respirent mieux. Les autres aussi. Leurs gouvernements, leurs économistes et leurs médias aux ordres vont parler de la croissance à tout bout de champ. Bon, en préalable, l'Ue, la Bce et le Fmi vont installer un nouveau calendrier de réduction des déficits publics.

  Après, on verra et demain sera un autre jour. Amen!

 

Monopoly: Recession Edition

    

Commenter cet article