Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 


   Près de 10 000 cheminots se sont rassemblés, mercredi 4 avril, à l'appel de la CGT cheminots, aux abords de la gare de Lyon à Paris. Un meeting haut en couleur pour défendre le fret ferroviaire et rappeler leur opposition à l'ouverture du rail à la concurrence privée. Venus de toute la France, les agents de la société nationale ont demandé la relance du fret, en déficit chronique.

  "La trajectoire économique, telle que la conduit la direction de la SNCF, fait qu'on risque de ne même plus avoir de fret SNCF en France", a affirmé Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT cheminots. En effet, la part du ferroviaire dans le transport de marchandises en France est tombée à seulement 8,8% en 2010, au lieu de 16,6% en 2000 et 30% en 1984. Or, le Grenelle de l'Environnement avait fixé un objectif de 25% de transports ferroviaires pour les marchandises d'ici 2022.

  Lors de ce meeting, la CGT a critiqué la mise en place des "autoroutes ferroviaires", un nouveau système de transport par TGV censé permettre d'atteindre cet objectif. Cette solution est qualifiée "d'enfumage" par le secrétaire général de la CGT cheminots, car "elle ne peut transporter qu'entre 0,5 et 1% des marchandises". Par contre, il faut remettre en service les gares de fret fermées par la SNCF et avoir une véritable politique volontariste de développement du trafic, notamment du wagon isolé, (assemblage de petits lots pour former un train), réduit depuis 2010.

   Les cheminots CGT ont exprimé aussi leur opposition à "la poursuite de la remise en cause de leur statut".

   Revenant sur de récents accidents de chantier, dont un mortel la semaine dernière, ils ont aussi dénoncé le manque de sécurité qui a court dans les emprises ferroviaires.

Commenter cet article