Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, ancien ministre de Sarkozy et l'un des boss de l'Ump, veut toujours chasser l'Union départementale CGT des Alpes-Maritimes des locaux qu'elle détient depuis la Libération. Après une manifestation dans Nice, la CGT a décidé d'occuper les lieux dont un élu démocrate et sans doute aussi partisan du dialogue social veut la virer.

  La CGT occupe la Bourse du travail depuis hie - 17412149.jpg   Personne, pas même les policiers des ex-RG, n'était au courant de l'occupation de la Bourse du travail CGT avant qu'elle ne soit effective, écrit Nice-Matin

  Ils étaient quelque mille cinq cents manifestants, avec parmi eux Agnès Naton secrétaire confédérale et en charge de la NVO et Gilles Fourniret, secrétaire du Comité régional CGT. Celuici a déclaré:  « Cette opération concertée entre les barons de l'UMP locale, c'est une décision que, seul, le maire FN d'Orange avait osée ! »

  Didier Turini, secrétaire général de l'Union départementale a lui poursuivit: "nous avons attendu après les élections,période peut-être plus favorable pour recréer les conditions d'un dialogue social avec le maire,a argumenté le leader syndical.Il perdure dans le non-respect des engagements, mais si dialogue il y a, et s'il nous est favorable, nous partirons sans problème. Sinon, nous resterons à l'intérieur jour et nuit, en faisant les trois huit avec en permanence une trentaine de militants : on n'a plus d'autre alternative. Et si la police vient, nous n'opposerons qu'une résistance symbolique : pas question de jouer les héros."


  Pour l'instant, Christian Estrosi, droit dans ses bottes, refuse de négocier.

  Petit rappel d'un précédant article à ce sujet:

  Christian Estrosi, député-maire Ump et l'un des caïds de ce parti, veut virer de ses locaux l'Union départementale CGT des Alpes-Maritimes, à Nice. La CGT, c'est aujourd'hui 12 000 syndiqués et 32 branches professionnelles, 70 conseillers prud'hommes et autant de conseillers de salariés, des milliers de militants et d'élus qui transitent dans ces locaux occupés depuis une délibération municipale vieille de 120 ans et dont seuls Pétain et l'Occupation l'en avaient chassée.

  La CGT des Alpes-Maritimes et le Comité régional de la CGT appellent à un rassemblement de luttes le 18 juin devant St-François.

ud 06001

Commenter cet article