Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

 

 

 

    Bon, si vous ne l'avez pas compris, la parenthèse, sur la campage électorale pour revenir à l'Elysée, est terminée pour l'Ump, du moins si d'aucuns avaient cru à cette fable. Les propos du chef de la police française, qui devrait pourtant revoir le fonctionnement de ses services en la matière, ne fut que de la pure propagande à l'égard du président candidat. Quant à celui-ci, croyant tenir la peau de l'ours avant de l'avoir tué, il avait décalé ses rendez-vous, dont la cérémonie à l'égard des 3 soldats français assassinés, pour être présent à Toulouse lorsque ses policiers arrêteraient, devant les caméras, le tueur de ces derniers jours. Et si Israël n'avait pas été si loin, d'un coup de Falcon, il aurait assisté aux funéraillles des trois enfants juifs et du rabbin...

 

     Désormais, le Figaro a pris le relais. Yvan Rioufol, l'un de ses vibrants éditorialistes, sur son blog, lance (pas moins):

"Le livre de Stéphane Hessel, Indignez-vous !, exclusivement consacré à la mise en accusation d'Israël, est de ces conditionnements qui ne peuvent qu'exciter des esprits fanatisés par le mythe du juif tueur d'enfants."

     Et de désigner les coupables potentiels, ces  « moralistes qui ont couvé le monstre »: en plus de Stéphane Essel accusé d'avoir "conditionné le monstre", Corinne Le Page, François Bayrou ou Dominique Sopo de SOS racisme.

 

     Paul-Henri du Limbert, lui dans Le Figaro de ce jeudi 22 mars écrit:

"Si l’on veut éviter la répétition de l’immense drame de Toulouse, il faut être intransigeant. Nicolas Sarkozy et Claude Guéant le sont."

      Et dix de der, en attendant la prochaine salve, Jean-François Copé (porte-flingue chef de l'UMP),  dans un interview, toujours au Figaro:

"Ce drame renforce notre totale détermination à continuer à lutter par tous les moyens contre la menace terroriste, mais aussi contre toutes les formes de fondamentalisme et d'intégrisme dont, malheureusement, certains au PS et chez les Verts ont si souvent nié la dangerosité."

 

 

   La cellule Riposte, (qui porte bien son nom dans une régime soi-disant démocratique) siégeant en permanence à l'Elysée et dirigée par l'ex-chef de la police et des renseignement, Brice Hortefeux, a délégué Valérie Rosso-Debord pour déplacer le débat sur le thème de la sécurité et de la lutte contre la délinquance, jusque-là éclipsé dans la campagne électorale par le chômage et la crise économique.

   Si elle a dénoncé les "outrances" de Jean Marine Le Pen, la député Ump a surtout raillé "l'angélisme" de la gauche en rappelant son opposition à toutes les mesures adoptées par le gouvernement depuis cinq ans.

 

  Il ne manquait plus que Nicolas Sarkozy pour parachever le tout. Lors d'une intervention télévisée à midi (pas décomptée sur son temps de campagne puis qu'il s'exprimait en tant que chef de l'Etat) il a chargé le ministre de la Justice d'un certain nombre de dispositions. Comme si elles allaient être discutées et votées d'ici le 22 avril 2012! Il a donc déclamé: " Nous ne pouvons accepter que nos prisons  deviennent un terreau d'endoctrinement à des idéologies de haine et de terrorisme."

  Cela serait juste rigolo, quand le même homme veut mettre en taule de très jeunes mineurs et s'il n'était pas le responsable de cette faillite pénitentiaire. La loi sur la réduction des fonctionnaires a sabré dans les effectifs des  personnels de prison et Nicolas Sarkozy est devenu le recordman des détenus en France: 61 771 au 1er février 2012. Ce qui nous vaut une condamnation de la Cour européenne des droits de l'homme pour l'encombrement et la surchauffe des prisons françaises.

  Cer, le tueur de Toulouse et de Montauban a débuté sa radicalisation en prison, où il y purgeait une peine qui n'avait rien à voir avec l'extrémisme religieux, cette autre forme de la peste brune. Ce n'est pas moi qui le dit, mais François Mollins, le procureur de Paris, spécialement chargé de l'enquête, dans une conférence de presse.

 

Bon, ce n'était qu'un tour d'échauffement. Ce soir jeudi, au meeting de Srasbourg, Nicola Sarkozy va dire pire encore. Jean Marine Le Pen n'a pas tout déclaré sur ce sujet.

 


Commenter cet article

V
SARKOZY = MARINE LE PEN voir discours de Toulouse

j'ai voté BAYROU
je voterai HOLLANDE
Répondre