Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

   La bonne presse, notamment Médiapart, en détaillant le patrimoine du candidat Sarkozy à l'élection présidentielle, publicité obligée par la loi (hélas pour certains), s'était donc intéressée à l'appartement de Nicolas Sarkozy à Neuilly-sur-Seine, une babiole qui coûté presque rien, des millions et des millions de francs grâce à un prêt de l'Assemblée nationale. Or de prêt, il n'y en eut jamais et le petit père Nico (oui, ça fait plus peuple) a eu vite fait d'évacuer la chose en magicien confirmé qu'il est.

 

   Et puis, patatras, il a tenu une conférence de presse, le 5 avril 2012, dans laquelle un journaliste de Médiapart s'est glissé. BFM-TV, une télé dirigée par un pote à Sarko, transmettait cette conférence de presse. Peut-être parce que l'on est toujours mieux servi par soi-même...

Le journaliste de Mediapart interrogeant Nicolas Sarkozy sur le financement de son appartement de Neuilly. Capture d'écran.

 

   Voici ce que dévoile rue89 (extraits): "Dans la litanie des journalistes qui font assaut de courtoisie, apparaît soudain un jeune visage:

« Michaël Hajdenberg, de Mediapart. Vous avez déclaré que vous aviez acheté votre appartement de l’île de la Jatte grâce à un prêt de 3 millions de francs de l’Assemblée nationale... »

   Expérience limite. Téléportation immédiate dans une autre dimension. Mediapart et Sarkozy face à face ? Dans un même espace ? L’un posant une question, et l’autre répondant ? A l’ère de l’elkabbachisme triomphant, sentiment d’irréalité qui rappelle celui qu’ont dû éprouver nos parents et grands-parents, lors de la présidentielle de 1965, voyant apparaître à l’écran des martiens qui, sacrilège inimaginable, informulable, critiquaient De Gaulle !

   Mais ce n’est pas du piratage. Et le micro a bien été tendu par le porte-parole de l’Elysée, Franck Louvrier, à un journaliste de Mediapart. Qui pose, en effet, la question triviale et sacrilège, sur le prêt que prétend avoir contracté Sarkozy pour l’achat de son ancien appartement, et dont Mediapart ne trouve pas trace dans l’acte de vente.

  Heureusement, ensuite, la réalité reprend ses droits. Sarkozy articule une non-réponse en bois massif. (...) Aucun des confrères, évidemment, ne le relaie pour tenter, à l’usure, d’obtenir une réponse. (...)

   Il est d’ailleurs temps pour BFM-TV, équité oblige, de cesser la retransmission. Retour au studio, où personne n’a évidemment entendu la question sacrilège, et où chacun se garde bien d’insister sur la non-réponse de Sarkozy. Chaque chose retrouve sa place. L’espace d’une minute quarante, on aura sans doute rêvé."

Commenter cet article