Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Vous n'allez pas me croire, mais j'ai fait partie de ces 5 000 journalistes qui ont assisté à la conférence de presse du pape Francisco sans numéro. Enfin, je ne suis pas du tout journaliste, mais l'occasion faisant le larron (et il y en a beaucoup dans ce monde-là) j'étais là.


Les médias ont parlé de conférence de presse. Pas tout à fait. Francisco, qui n'a pas de numéro, nous a lu un tout petit texte. Il n'y a eu aucune réponse de sa part, vu que les questions étaient interdites. C'est la liberté de la presse vue du Vatican. Ne riez pas, en Gaule, lorsqu'on interviewe à la télé un président de la République, il y a des questions et des réponses, mais elles ont été préparées auparavant. De l'eau bénite tout pareil.


Un Eglise pauvre, pour les pauvres, qu'il a dit el papa Francisco sin numero (c'est de l'español). Et bien, il va avoir du boulot sur l'autel et on devra ouvrir des confessionnaux à tire larigot pour entendre les monsignores et leurs potes de la finance qui ont les mains sales de toucher justement au fric sale. Et ne va-t-il pas falloir construire des églises à la pelle pour les mettre dedans les pauvres? Mais amor mundum fecit, (l'amour fait le monde) qu'il se dit depuis plus de 2 000 ans sous la croix des papes.

 

Mais je ne veux pas être trop mauvaise langue. Voici le maillot du club de foot argentin dont Francisco est le supporter: Comme ils n'ont pas pu ôter les sponsors, ils ont mis le pape en plus. Hier, ils ont gagné. Comme quoi, un pape ça peut servir aussi:

 

Les footballeurs du club argentin de San Lorenzo, dont le nouveau pape, leur compatriote, est un supporteur, se sont fait confectionner un maillot portant l'inscription "Pape François" pour leur match contre Colon, samedi en poule finale du championnat national. - /AFP

Commenter cet article