Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

     Dans tous les cas, Bernard Tapie, ancien ministre de la ville de François Mitterrand, a rejoint le camp du fric, qu'il n'avait jamais quitté d'ailleurs. Invité sur France 2, à une heure de très grande écoute (oui, qui se ressemble s'assemble), il a déclaré son soutien au locataire sortant de l'Elysée. Huit jours avant, Gérard Depardieu, notre Obélix national (mais n'est-ce pas triste pour les Gaulois?) affirmait défendre le même candidat, parce que ce dernier l'avait soutenu dans quelque affaire. Oui, qui se ressemble, s'assemble toujours...

 

     Et paf, voici le ralliement (oh surprise) de Jean-Louis Borloo, vendredi à Valenciennes, à Nicolas Sarkozy devant une marée de micros et de caméras pour voir et attendre son allégeance. Alors, le congrès du Parti radical et son soutien critique à Sarkozy n'était qu'un leurre de plus? Bon, pour ceux qui connaissent l'histoire de France, depuis quand le Parti radical ne s'est plus rangé dans le camp de la droite, n'est-il pas même d'ailleurs une filiale à 100% de la droite?

     Au sujet de Borloo, du temps qu'il était ministre d'Etat chargé de l'écologie et du Grenelle de l'environnement qui allait reverdir la planète d'un bon coup de peinture fraîche, c'est le Canard enchaîné qui nous livre cette nouvelle, enfin pas si nouvelle que ça. Le député UMP François Cornut-Gentille vient de recevoir la réponse de Borloo, suite à une question écrite qui lui fut adressée le 10 mars 2009. Trois ans, ricane le Canard enchaîné, alors que Borloo n'est plus ministre et que le règlement de l'Assemblée nationale donne expressément deux mois au gouvernement pour répondre. Bon, la réponse, François Cornut-Gentille s'en fiche. Il n'avait posé une question écrite que pour se faire mousser et passer la brosse à reluire sur les escarpins de Borloo.  Ah, cette Ve République...

 

   Jean-François Copé, député de Seine-et-Marne, et président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, a lui déclaré  dans une interview au site BorderLyne publiée le 15 avril :

La notion de parlement godillot me paraît derrière nous

Commenter cet article