Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Mais les bonnes âmes, qui défendent le fric dans le foot et ferment les yeux sur toutes les dérives que cela entraîne, prétendent que ce genre de tranfert profite au sport-roi et à l'Etat du même pays.

 

  L'Humanité a enquêté à ce sujet et on peut en  lire la totalité sur humanité.fr.

  Son résumé:

  D'abord, un trou de 100 millions dans le budget du PSG, ce que Michel Platini, à la tête de l'UEFA, voit d'un très mauvais oeil. En 2013, les clubs devront être à l'équilibre sous peine de sanctions (de l'amende à l'exclusion des compétitions organisées par l"UEFA).

 

  Concernant le foot français, en achetant des joueurs étrangers à des clubs italiens, le PSG ne subventionne que le foot italien. Ce qui la fout mal pour le club de la capitale de la Gaule. Et les Qataris n'achètent aucun joueur tapant au ballon dans un club français. Donc, bénef: 0+0, la tête à toto.

 

 

 

  Concernant le fisc français, François Hollande assurait avoir « fait en sorte qu'il y ait des règles fiscales concernant les salaires mirobolants et [que] cela s'appliquera partout, même dans les clubs », pensant au taux d’imposition à 75% de la part du revenu dépassant le million d’euros par an.

  Or, Zlatan Ibrahimovic ne devrait pas être taxé à cette hauteur : l’attaquant suédois pourrait en fait bénéficier du régime fiscal des impatriés, qui permet de réduire la base imposable du revenu avec une exonération d’impôt pour 30% de la rémunération nette. Autre stratagème, le système fiscal du quotient lui permettrait d’étaler l’imposition de ses revenus : cela consiste à faire la moyenne des sommes touchées les deux ou quatre années précédentes pour déterminer le revenu à taxer. Or, comme Zlatan Ibrahimovic ne vivait pas en France sur cette période, il pourrait ne pas être imposable…

 

  Allez, vive le sport, comme ils disent sur France 2, sans rire.


Image

 

Commenter cet article