Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le-blog-de-roger-colombier.over-blog.com

     Encore une info oubliée par la presse pluraliste française.

     Pourtant, un conflit de plus de 7 mois, dont 4 mois et 10 jours de grève à la cantine de l'École Normale Supérieure, et de 24 jours d'occupation des bureaux de la direction, cela pouvait faire un titre. Surtout, dans cette école prestigieuse de la rue d'Ulm à Paris, le gouvernement enchaînait depuis 10 ans des CDD pour des emplois pérennisés, comme à la cantine, au jardinage, au gardiennage et à la bibliothèque.

     Ces salariés spoliés se sont mis en grève. ils ont eu le soutien de la CGT par sa fédération de l'Education et de son Union générale des fonctionnaires, comme de Sud étudiant. La CGT a également soutenu financièrement les grévistes et est intervenue auprès des ministères de l'Enseignement supérieur et de la Fonction publique. De leur côté, les étudiants ont acheté tout au long de l'action des sandwiches préparés par les grévistes.

     Résultats: requalification des 14 CDD en CDI avec effet immédiat, clause de priorité pour l'accès à la titularisation fin 2011, prime mensuelle de 75 euros, pas de transfert des services de l'internat au privé ou au Crous, remboursement à 75% des jours de grève. (A ce sujet, se souvenir des rodomontades de Nicolas Sarkozy sur aucun centime de remboursé pour les journées perdues lors d'une grève).

     Oui, cela méritait bien un titre dans la presse. La Vie Ouvrière, qui elle a retracé cette grève, révèle que les honorables profs d'Ulm (à de rares exceptions près) ont pris bien soin de se tenir à l'écart de ce long conflit. Un comble, dit le journal de la CGT "pour ces anciens maos de 1968 devenus donneurs de leçons d'inflexibilté".

     Que les ministères concernés et la direction de 'Normal Sup", lui étant inféodée, aient plus que tarder pour résoudre le conflit, c'est hélas dans la logique d'un gouvernement droitier. Quant aux enseignants de cette école, confinés désormais dans une tour d'ivoire depuis laquelle ils sont aveugles et sourds aux revendications des démunis, qu'ils y restent. Ils ne comprendront plus jamais rien au peuple.

Commenter cet article