Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les cheminots, qui font grève aux jours fériés depuis juin pour protester contre une réduction de leur rémunération durant ces jours, ont été rejoints en ce jour de Noël par les employés des bus de Lisbonne et de Porto (nord) ainsi que par ceux du tramway de la banlieue sud de la capitale. Ces services de transports en commun étaient quasiment paralysés en fin de matinée.

Dans le cadre de la rigueur imposée par l'UE, la BCE et le FMI, le Portugal a cassé son code du travail et réduit les salaires, tout en facilitant les licenciements.
Au cours de cette année, grèves et manifestations se sont multipliées à l'encontre de la politique d'austérité menée par le gouvernement de centre-droit, qui a provoqué une forte récession économique et un taux de chômage record.

 

 

Le Portugal se vend aux enchères, notamment dans le secteur des transports. Et ses salariés le font savoir, même à Noël. Si le gouvernement a reculé, pour l'instant, sur la vente de la compagnie aérienne TAP Portugal, les privatisations restent sur la table. L’exécutif s’apprête à brader non seulement la compagnie nationale aérienne mais également les aéroports, la télévision publique, les chantiers navals… Les Portugais ont la gueule de bois : le prétendu sauvetage financier de l'Union européenne, de la Banque centrale et et du FM se solde par une régression sans nom et une récession économique structurelle.

Aucun secteur n’est épargné, faisant renouer le pays avec la pauvreté et l’émigration qui avaient cours du temps de la dictature de Salazar décédé en 1970. Le Portugal a également été le théâtre de deux grèves générales historiques.

Et 2013 s’annonce déjà très tendue.

Commenter cet article