Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

soldes_freescale-597x476

Trois cent quatre-vingt dix-sept salariés de l'unité de production fermée par l'américain Freescale à Toulouse vont recevoir dans les prochains jours leur lettre de licenciement, mise au courrier vendredi 10 août, a indiqué la direction. La centaine d'employés restants – sur les 535 dispensés de se rendre au travail – connaîtra le même sort, mais un peu plus tard. Le géant américain maintient toutefois sur son site toulousain son activité de recherche et développement, qui emploie environ 500 personnes.

 

"UNE DERNIÈRE BATAILLE"

Freescale (ex-Motorola) avait annoncé le 22 avril 2009 la fermeture de son atelier toulousain de fabrication de galettes de silicium et le licenciement des salariés, au nombre de 821 à l'époque.

Et l'effort du nouveau gouvernement pour maintenir  l'activité s'est soldé par un échec. La production s'est définitivement et discrètement arrêtée quelques jours avant la date prévue du 10 août.

Le site Freescale de Basso Cambo était spécialisé dans la fabrication de composants électroniques. Photo archives DDM, Th. Bordas. - Le site Freescale de Basso Cambo était spécialisé dans la fabrication de composants électroniques. Photo archives DDM, Th. Bordas. - Tous droits réservés. Copie interdite.
Le site Freescale de Basso Cambo était spécialisé dans la fabrication de composants électroniques. Photo archives DDM, Th. Bordas. (Le site Freescale de Basso Cambo était spécialisé dans la fabrication de composants électroniques. Photo archives DDM, Th. Bordas.)

 

Pour Eric Hirson, délégué CGT, l'arrêt de la production et l'envoi des lettres de licenciement sont une étape symbolique et importante, mais pas la fin du combat. "L'usine est morte, on arrive à la fin d'un processus, mais il nous reste une dernière bataille : contester les licenciements et veiller à ce que le site reste un pôle d'emploi industriel et ne devienne pas une opération immobilière".

Les salariés décideront en septembre s'ils intentent une action devant les prud'hommes.

 

Source: Lemonde.fr

Commenter cet article