Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le vieux président de la république italienne a demandé à Enrico Letta de former le nouveau gouvernement. La péninsule n'en avait plus depuis deux mois. Ce qui faisait désordre pour défendre l'euro et les directives du FMI, de Bruxelles et d'Angela Merkel.


Enrico Letta a accepté de gouverner l'Italie dans ces conditions et ça arrange bien Giorgo Napolitano, 87 ans. Il pourra roupiller en paix dans son palais présidentiel, après s'être évertué à trouver un gouvernement digne du FMI, de Bruxelles et d'Angela Merkel.

 

Enrico Letta est le n°2 du Parti démocrate que les médias disent de centre gauche. En fait, un minestrone épais fait d'ingrédients de droite, socialistes et communistes avant que ces derniers ne se sabordent pour l'économie de marché libre et non faussée dont Giorgo Napolitano.

 

Silvio Berlusconi ne traitera plus de Parti démocrate de "communiste" (sic) puisqu'il soutient le gouvernement. Oui, son parti, plus à droite que le Parti démocrate, détiendra la vice-présidence du Conseil (un premier-ministre bis à la française). Celui-ci sera aussi minstre de l'Intérieur (ça arrange pour les enquêtes). Le ministère des Finances est refilé au boss en titre de la Banque d'Italie liée comme cul et chemise avec la BCE.

 

Enrico Letta a aussi un avantage. il est le neveu de Giani Letta, le bras droit de Berlusconi. Et dans le pays des combinaziones, ça arrange beaucoup de choses pour gérer le capital.

 

Bon, le nouveau gouvernement doit se présenter devant le Parlement pour se faire adouber. Peut-être qu'on n'est pas encore sorti de cette auberge espagnole à l'italienne.


Mais la cuisine proposée a l'air alléchante. Elle reprend deux points essentiels sur lesquels une commission nommée par le président de la république avait planché: une réforme institutionnelle et économique en droite ligne avec les demandes de Bruxelles. Il ne manquerait plus que le pape y ajoute son grain de sel.

 

En tout cas, voilà le menu concocté pour le peuple italien:

 

Commenter cet article