Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  hopital-2007

 

     Heureusement, la saignée n'y est plus appliquée, du moins par un acte chirurgical. Par contre, certains praticiens en provoquent une véritable dans le porte-monnaie de leurs patients. Non, de leurs clients je dois plutôt dire. En effet, si un malade ne veut pas attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour un rendez-vous, un saigneur offre ses services. Et ce n'est pas gratuit!

     La revue 60 millions de consommateurs, après une enquête étalée sur un an, révèle ces abus tarifaires de la part de praticiens autorisés à exercer une activité libérale au sein du service public de la santé, tout en profitant des moyens (techniques et humains) payés par les contribuables.

     Ils sont 4 524 dans ce cas là (sur 45 000 au total, soit plus de 10% tout de même), dont 1 824 relèvant du secteur 2: un comble!

     60 millions de consommateurs a eu un mal de chien pour obtenir des chiffres de la part des hôpitaux, des Agences régionales de santé ou de l'Assurance maladie. Evidemment, dénoncer un scandale quand Nicolas Sarkozy se pare d'une auréole de père du peuple?

     Ainsi, à Cochin, à Paris, un saigneur facture allègrement 4 250 euros une prothèse de hanche, pour un remboursement Sécu de 459,80 euros. A l'Hôtel Dieu, toujours dans la capitale, c'est 1 490 euros (tout rond) pour une cataracte remboursée 271,70 euros. Dans une clinique privée du quartier, même en secteur libre, le chirurgien la facture entre 511 et 777 euros (tout rond là aussi, parce qu'on ne va pas s'emmerder avec des centimes!). La moyenne des dépassements oscille entre 68 et 408%, parfois cela atteint 1 000%, poursuit 60 millions de consommateurs. Non, je ne me suis pas trompé avec les zéros...

 

     Mais que fait le ministre de la Santé, Xavier Bertrand qu'il se nomme? Bon, il est aussi en charge du travail et surtout du chomâge. Et avec cette courbe qui monte sans cesse, il a du turbin sur la planche pour ne pas se faire engueuler par l'Elysée. Avant lui, Roselyne Bachelot tenait les clés de l'hôpital public, une experte elle aussi.

     Dis Nico, il se fait une quête pour les saigneurs de l'hôpital. Il paraît qu'ils n'ont plus de stylo pour signer leurs dépassements d'honoraires. C'est dire si tout fout le camp en ce moment!

Commenter cet article