Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La nuit

Sous les persiennes closes

Et l'huis verrouillé

Dans le grand vide des maisons

Les bâtisseurs du silence

Se sont installés

Dans la solitude de vos coeurs

Pour vous ravir le jour.

 

Gens au petit bonheur que je nomme

Qui voulez paraître et non plus être

La froidure est votre couleur

Dans votre tombe tranquille.

 

La première fois vous n'aviez rien su

A la seconde vous n'avez rien dit

Alors ils ont arraché la langue de votre coeur

Vous n'en aviez plus besoin

Dans l'ombre de votre silence.

 

Pourtant

Ailleurs

  Des mains ont le geste

De dessiner dans l'eau du rêve

Malgré la houle de la nuit

Des terres ocres de semailles.

 

Laissez-moi donc entendre

L'ambre de ce frissonnement

Et son rire

Plus large que l'horizon

Loin

Très loin

De votre silence lisse

Dans votre tombe tranquille.

 

 

 

      Roger Colombier

Commenter cet article

sorcière and co 02/04/2013 20:05

merci pour ce chant d'espoir et de constat merveilleux pour ceux qui luttent et qui aiment la vie et qui sont dans l'"être" et constat déplorablement triste pour ceux qui recroquevillés sur leur
petit train train ne voient pas la vie dans son ensemble en restant dans le "paraître"

Hobo-Lullaby 01/04/2013 17:17

Bonjour Roger

L'insécurité, l'égoïsme, la soumission mais aussi la lutte et l'espoir d'un monde meilleur, tout y est. Tu as un authentique talent de poète pour peindre par de fines touches le quotidien, les gens
et la vie qui nous entourent.
Merci et Félicitations
Serge

caroleone 01/04/2013 15:50

Bonjour Roger,


C'est une merveille encore une fois.

Puis, comme je suis en plein dedans, je te dédie cet extrait du poème de Celaya, La poésie est une arme chargée de futur, je trouve qu'il convient bien à ton texte :



Je maudis la poésie conçue comme un luxe
culturel par ceux qui sont neutres
ceux qui en se lavant les mains, se désintéressent et s'évadent.
Je maudis la poésie de celui qui ne prend pas parti jusqu'à la souillure.

Gabriel Celaya

Amitiés poétiques et non statiques

caroleone