Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

 

Après l'affaire Puerto en Espagne, une vaste organisation de dopage autour du docteur Fuentes, l'affaire Amstrong, voilà l'affaire du toubib italien Michele Ferrari, déjà mouillé dans le rapport de l'Agence américaine antidopage.


C'est la Gazetta dello Sport du 18 octobre qui le révèle, suite à une enquête policière longue de 2 années: un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros pour doper 20 équipes professionnelles de cycliste (Liquidas, Lampre, Colnago, Geox, Androni, Katusha, Quick Step, Farnese Vini, Acqua-Sapone, Astana, RadioShack, Vacansoleil, ISD, CSF, LPR, Diquigiovanni, Tinkoff, Rabobank, Gerolsteiner et Milram), soit l'ensemble du peloton cycliste international. Exception importante, aucune équipe française dans ces mailles. Le "docteur" Ferrari est poursuivi pour "association pour contrebande, vente et administration de produits dopants, blanchiment d'argent" et "évasion fiscale". Oui, la drogue et le fric sale font toujours bon ménage dans la Suisse toute proche.

Aucune équipe française n'est concernée. Pour autant, l'enquête ne s'est penchée que sur les années 2008 à 2011. Et n'y avait-il pas dans tout le peloton cycliste international, dans ses dirigeants et ses commentateurs, l'omerta sur, comme le dit la Gazetta dello sport,"un service complet (...) avec l'assistance pour les contrats, la préparation physique et médicale, l'assistance juridique" en cas de contrôle positif ou de procédure disciplinaire, sur ces faux contrats d'image permettant notamment l'évasion fiscale et la dissimulation des sommes utilisées pour le dopage? En effet, 20 équipes se seraient gavées autour du docteur italien, soit la quasi totalité du peloton professionnel, et cela serait passé inaperçu, ni vu, ni connu?


L'Union internationale du cyclisme va dire sa loi concernant Amstrong ce lundi. On attend sa décision. Pour l'affaire autour du docteur Ferrari, on verra aux calendes grecques sans doute. En effet, le glas sonne sans discontinuer sur le cyclisme et on semble faire comme si rien n'était. Du pain et du cirque disait les Romains pour ne pas que le peuple se révolte. En ces temps de crise, si le pain manque, que le triste spectacle du dopage se poursuive donc de plus belle.

 

 

Commenter cet article