Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dernièrement, Médiapart révélait que la campagne 2007 de l'actuel locataire de l'Elysée aurait été financée par Kadhafi.

Le site d'information Mediapart a publié, samedi, un document affirmant que le régime Kadhafi a accepté de financer la campagne de Sarkozy en 2007.

 

  "Mensonges éhontés", avaient dégainé (dans un bel ensemble ma foi) tous les porte-flingues de l'Ump. "Médiapart, ce repaire de gauchistes, ment à ne plus en finir", poursuivaient les même dans un tir nourri. "D'ailleurs", proclamaient-ils urbi et orbi, "Nicolas Sarkozy en personne porte plainte et le Parquet diligente une enquête à ce sujet."

 

  Bon, au passage, des adorateurs du gouvernement des riches et du patronat, assemblés en ce premier mai à Paris, avaient quelque peu bousculé la journaliste de Médiapart qui ne faisait que son boulot de vraie journaliste. Un comble ces exactions contre quelqu'un qui bossait, par des gros bras soi-disant fêtant, autour de Nicolas Sarkozy, le vrai travail.

  Médiapart a maintenu ses révélations, lui et sa journaliste ont déposé plainte à leur tour. Le parquet fera-t-il autant diligence que lorsque la Chancellerie a semblé lui en a donné l'ordre?

 

  En fin de compte, ça pue drôlement dans cette affaire lybienne.

  Bon, déjà, Choukri Ghanem, ex-ministre du pétrole de Lybie (et le pétrole ce n'est pas rien dans ce pays), réfugié à l'étranger, a malencontreusement glissé dans le Danube pour s'y noyer.

  Moussa Koussa, lui par contre, ex-chef des services secrets de Kadhafie (et en Lybie ce n'était pas rien non plus), puis ministre des Affaires étrangères (oui, c'est mieux pour garder les frontières) est toujours vivant. En prison? Pas du tout, quelques jours avant la chute de la dictature, ses potes des services spéciaux britanniques et français l'exflitraient de Lybie, via la Tunisie, puis Londres. Ensuite il fut transféré au Qatar, démocratie bien connue et alliée de la Grande-Bretagne et de la France.

  Il y a aussi Béchir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi. lui aussi a passé la frontière tranquilos et se trouve en Gaule sous la protection de la police française et avec un permis de séjour cédé par le ministère de l'Intérieur français.

 

  Bizarre, non? Au moment où l'aviation britannique et française bombardaient la Lybie, des hautes personnalités du régime de Kadhafi étaient préservées...

  Messieurs Moussa Koussa et Béchir Saleh ont vigoureusement démenti que Nicolas Sarkozy avait réceptionné 50 millions d'euros pour sa candidature en 2007. Et leur parole, ça compte. Oui, des fois qu'ils glisseraient l'un dans la Seine, l'autre dans une piscine qatarie. Oui, pour vivre longtemps, mieux vaut rester au sec, sous certains climats.

 

  Aux dernières nouvelles, Béchir Saleh, qui tient pignon sur rue dans, en toute liberté, depuis plusieurs demeures en France, serait recherché par Interpol. Et Claude Guéant, notre Vidocq des temps modernes qui n'en savait rien? Mais le syndicat Alliance de la police n'a pas communiqué non plus à ce sujet.

Commenter cet article