Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

V02 - Dans les Corbières

Lorsque le vent de la nuit eut happé l'ultime frange du jour, il quitta l'ombre de la frondaison d'où il épiait les siens. Il descendit alors vers l'oeil allumé de la maison ancestrale. Il aurait pu marcher au grand jour vers la demeure ancienne: il y était né.

 

Il aurait pu s'avancer vers le banc de pierre, à la clarté vive du soleil, et étreindre son père qui s'y reposait, chaque jour moins dans le couchant de sa vie. Il aurait pu embrasser tendrement sa mère lorsqu'elle vint, à quelques pas de lui, quérir l'eau de l'existence à la source. Il ne fit rien de tout cela.

 

Depuis quand s'était-il enfui d'ici?

Etait-ce durant un été rouillé qui asséchait souvent le vieux paysage et son coeur? A moins que ce ne fut dès la première tombée de neige qui ensevelit les sillons de la vigne? Mais combien de tourbillons d'années, de rondes de saisons s'étaient effacées du cadran du temps, depuis son exil dans les brumes de l'inconnu?

 

Alors non, il ne pouvait pas revenir vers ses vieux parents, lui endimanché dans son costume de la ville. Dans la lumière du jour, ils en auraient été éblouis et rendus plus humbles encore.

Alors, le bagage de présents qu'il leur ramenait, il leur offrirait lorsque la lampe n'est plus qu'une veilleuse que l'on va éteindre avant de se coucher jusqu'au lendemain.

 

Les Corbières plongèrent dans le silence et l'obscurité. Et les arbres retinrent dans leurs bras les oiseaux qu'ils relâcheraient dès la pointe du jour. Alors, sans aucun bruit, comme un animal en maraude, il vint à pas comptés vers la porte d'entrée.

878515653_88c2e8cb26.jpg

 

Dans la nuit, il en palpa longuement sa vieille chair, retint son souffle en collant son visage sur le bois.

Le chien de sa famille gronda à l'intérieur. Mais lui, au lieu de pousser la porte comme il était en droit de le faire, caressa toujours la vieille carapace.

 

Soudain, la porte s'entrebâilla. Dans l'embrasure, un coin de l'âtre flamboyait.

Puis, tout aussitôt, une langue de feu jaillit dans les airs et transperça son coeur. Et les étoiles du foyer familial et le grand rêve dans ses yeux s'éteignirent d'un coup.

Sur le sol, sa main droite desserra le petit couteau qu'un père offrait à son fils, autrefois dans ces Corbières, à sa douzième année.

- L'ai agut del primier cop*, résonna une voix enfantine.

- Oc, segur, un estrange de mens**, reprit le ton ferme d'un adulte.

 

Et la langue de la vieille province se poursuivit dans la bouche d'un père

- Déshabille-le, mon fils. Nous en revêtirons l'épouvantail pour chasser les grives de notre muscat. On aurait bonne mine, attifé de la sorte, pour travailler notre terre. Allez, drôle, tu as bien mérité ton couteau d'homme. Prends celui de ce vaurien.

 

Dans coin, une mère n'avait pas cillé.

Chaque soir, à cette heure, elle se tournait vers la fenêtre du Nord. Elle priait le ciel pour que son aîné revienne.

Son grand était parti de ces Corbières quand les palombes palpitaient au plus haut des nues dans le soleil de ce Midi éternel.


Image

 

L'ai aigut del primier cop*: Je l'ai eu du premier coup.

Oc, segur, un estrange de mens**: Oui, sûr, un étranger de moins.

 

Aujourd'hui, s'ouvre le livre des contes de mon amie la cigale, j'y reviendrai.

Commenter cet article

caroleone 14/05/2013 09:51

Bonjour Roger,

C'est une écriture digne d'un félibrige !

J'ai hâte de lire la suite des contes de la cigale, ça fait un bail que je n'ai pas entendu leur mélodie et leur diffusion de rayons de soleil en sucre d'orge.
Amitiés

caroleone