Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

A Conflans-Sainte-Honorine (78), le 11 novembre de cette année, à l'occasion de l'anniversaire du 11 novembre 1918, fin de la première tuerie mondiale, une plaque sera aussi dévoilée sur le Monument aux morts. Elle concerne 4 Conflannais, tués comme otages par les nazis lors de la Deuxième Guerre mondiale.

 

 

Camp d aincourt

 

Eugène Le Corre, Henri Spysschaert, Désiré Clément, Louis Desvignes furent arrêtés par la police française et emprisonnés à Aincourt, sanatorium réquisitionné en camp d'internement par le préfet vichyste de Seine-et-Oise, Marc Chevalier. Ce camp fut le premier camp d' internement de la zone occupée et entièrement administré par le régime de Vichy. Il ouvrit ses portes le 5 octobre 1940.

De nombreux communistes de la région parisienne y furent internés, des élus mais également de simples militants, comme des dirigeants de la CGT-U.

 


Malgré l'enfermement, les barbelés, un régime pénitentiaire sévère, ce fut un lieu de résistance (grèves, manifestations diverses) qui obligea l'administration française à des transferts d'internés vers d'autres centres de détention.

Ce camp fut aussi l' antichambre de la mort pour de nombreux internés, fusillés par des pelotons d'exécution ou morts dans des camps d' extermination.



                                                         Désignés comme otage par les autorités françaises à la solde de Pétain, Eugène Le Corre sera exécuté en France, Henri Spysschaert, Désiré Clément et Louis Desvignes ne reviendront pas des camps de déportation.

 

Fernand Devaux, Président de "Mémoire d' Aincourt" prononcera un discours ainsi que Philippe Esnol, Sénateur-Maire de Conflans-Ste-Honorine.


 Fernand Devaux, interné à 19 ans à Aincourt, désigné comme otage et déporté à Auswitch, est revenu des camps de la mort nazi.

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus d'informations, mes recherches aux archives de l'ex-Seine-et-Oise (archives départementales des Yvelines): Aincourt, le camp oublié aux éditions Le Temps des Cerises.

 


le-camp-oublie001.jpg

Commenter cet article