Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Oui, c'est ainsi que se prénomme la chef du Fn, Marine n'est que son nom de guerre. Vous pensez que ça le ferait la vague bleu Marion? Cela ferait plutôt petit patapon, loin de la posture suprême d'un caïd qui commande tout mouvement d'extrême droite qui se respecte, non?

 

  Bon, ce n'est pas moi qui écris à la fille de son père-nous voilà, mais Pierre Druelle par l'intermédiaire de Médiapart. Et comme j'ai trouvé que cette prose va bien avec mon article du jour sur le Fn, je vous la livre:

 

   "Ma chère Marine,

 

Enfin ma chère Marion Anne Perrine,
(je me permets de laisser de coté ton nom de scène, ici on est dans l'intime)

 J'ai vu ton score au premier tour de l'élection présidentielle française, et je dois dire que ça leur a bien piqué l'œil, à la droite, même si je sais que chez vous dans la famille c'est plutôt l'autre.

 

  J'avais écouté pendant des mois tes discours qui fustigeaient l'incompétence, les incohérences et la corruption de la classe politique traditionnelle. Quelle torgnole tu leur a collé! Tous pourris! Pour un peu, j'allais chercher ma corde et on trouvait un bon gros chêne centenaire bien de chez nous.

  Je me suis dit : "cette femme est formidable, c'est vrai quoi, quand un fruit pousse dans un arbre et qu'il est pourri, on l'arrache". Toi tu voulais carrément nettoyer tout le verger. La classe américaine, je dis. Comme ça, on en parle plus de tous ces pourris. Tu expliquais que ces politiques malhonnêtes, la caste du pouvoir et de l'argent, détruisaient notre belle France rien qu'à nous. "La voilà la solution", je me suis dit au final. Le grand ménage.

  J'ai aussi entendu ces salauds de gauchistes, ceux qui rappelaient que ton père à hérité de 30 millions de francs dans les années 1970 d'un certain Hubert Lambert, héritier de la dynastie des plâtreries Lambert. Après tout, la mère de Lambert avait bien le droit d'influencer son fils saturé d'alcool et de médicaments pour qu'il fasse de tes parents ses légataires. On est dans un état de Droit, quand même.

  Et puis une affaire vieille de 40 ans, hein, qui s'en soucie aujourd'hui. Faut revenir sur terre, les gens. Ce n'est pas comme si de l'argent malhonnête avait financé un parti politique pendant des décennies. Et ton papa a bien le droit d'être millionnaire, d'habiter le bois de Saint-Cloud, et toi de t'attaquer aux nantis, aux riches et aux puissants. Moi personnellement je ne vois pas la contradiction.

 

  J'ai entendu les mêmes salauds qui critiquaient ton père à cause de l'Algérie, tout ça parce qu'il a eu le malheur de dire la vérité : "Je n'ai rien à cacher. Nous avons torturé parce qu’il fallait le faire". Je dis, ma chère Marion Anne Perrine que tout ça est fort exagéré, que ces gens étaient des sauvages terroristes sanguinaires ingrats. Et je sais que ton papa s'est battu courageusement pour qu'ils restent français coûte que coûte à la lueur de l'ampoule de la gègène. Mais quand même, je dois t'avouer que je suis content que toi tu proposes de les foutre dehors de chez nous manu militari. Quand à ceux qui trouveraient ça incohérent et opportuniste, c'est parce qu'ils ne se sont pas encore fait égorger au bureau de tabac en bouquinant Minute tranquille.

 

  Et puis on t'a reproché d'avoir posé avec des nazis, et tout le tralala. Qu'est-ce que tu y peux si ces nostalgiques d'un régime un peu autoritaire viennent te coller? Moi je te comprends, c'est pas tous les jours faciles de gérer tous ces jeunes skins pleins d'un enthousiasme aussi taquin que débordant.

 

  Donc ma chère Marion Anne Perrine, des ragots de gauchistes,  j'en ai soupé autant que de mes fayots, mais j'ai continué à t'écouter, admiratif que j'étais du courage dont tu faisais preuve devant les micros. Pendant que j'étais mort de trouille devant ma télé à cause de tous ces gens pas comme nous qui ne respectent pas notre identité, et qui commettent des actes terroristes sur TF1, toi, tu nous redonnais espoir.

  Au moins, ma chère Marion Anne Perrine,  toi tu avais des vraies solutions économiques sérieuses, sortir de l'Euro, restaurer nos frontières, arrêter la mondialisation et le progrès technique qui ne nous sert à rien, et virer les clandestins qui piquent le pain des Français. J'ai entendu qu'on te reprochait de vouloir réduire l’immigration, que ça renforcerait la régression du pays en ôtant à la France un élément de croissance à long terme. Mais qu'est-ce qu'ils en savent les économistes, de l'économie, sans rire ?

 

  Quand tu expliques que l’immigration coûte 40 milliards d’euros à la France, il y a des petits malins qui, parce qu'ils ont passé trois ans à travailler sur le sujet, viennent prétendre que ça en rapporte 12. Moi je parie mon intégrale de Brasillach que ce sont encore des chercheurs musulmans dans cette affaire là.

  Ta proposition de l’instauration d’un salaire parental m'avait aussi beaucoup plu, parce que franchement l'égalité des sexes, tout le monde sait que c'est une connerie, au XXIème siècle. Et moins de femmes qui bossent, ça ne peut que faire du bien à l'économie. J'ai même vu des petits malins qui prétendaient que ton programme produirait un affaiblissement structurel de la croissance, du niveau de vie moyen, et donc plus de problèmes de finances publiques.  Je me demande où ils vont chercher tout ça, c'est juste pour nous embrouiller. Moi je suis sûr que tu as raison, et que de toute façon ils sont tous véreux jusqu'à la moelle.

 

  Ah ça, les pleutres nous ont fait tout un cinéma à cause de l'IVG de confort, alors qu'il n'y a pas débat : on garde tous les bébés même si maman rechigne un peu, et on zigouille tous les criminels au fur et à mesure. C'est comme dans la pizza, tu gardes les lardons, et tu balances la croute.

  Et puis dans ton programme, tu critiquais avec brio l’Euro fort parce qu’il nuit à nos exportations, tout en expliquant qu’il favorise celles de l’Allemagne. Bon, j'avoue que là j'ai commencé à décrocher, mais tu as surement raison, il faudrait être bien naïf pour en douter, ma chère Marion Anne Perrine. Tu as expliqué que tu prévoyais de "laisser flotter la monnaie"? J'ai trouvé ça trop poétique.

  D'autres ont essayé de m'embrouiller la tête avec l'idée que la dévaluation entraîne mécaniquement une hausse des prix à l’importation et donc génère de l’inflation, mais je suis sûr que toi tu as une solution à ça, aussi radicale que proche du peuple de France.

 

  Donc cette lettre, au final c'est à la fois un cri d'amour, et aussi je le confesse, pour te demander une petite faveur personnelle. Et comme je sais que tu es une femme de coeur, allez, je me lance :

  Si tu prends le pouvoir en France, sache d'abord que je serai le premier à collaborer, tu peux compter sur moi.

Mais si jamais ce sont tous ces pourris qui ont raison, que la France traverse une énorme crise économique (ce sera encore un de leurs complots) et qu'on se retrouve tous ruinés sans plus rien à manger ou pour se chauffer, je voulais savoir si je pouvais venir planter ma tente Le coq sportif dans le jardin de votre grande maison de Saint-Cloud. Je ne prendrai pas trop de place, et je pourrai même vous tondre la pelouse. Et crois-moi, ma chère Marion Anne Perrine, pour la pelouse comme pour le reste, je rase gratis.

 

  Dans l'attente de ta réponse qui, j'en suis sûr, sera positive,

  Bien à toi,

  Bises."

 

Note de ma pomme: Les suffrages obtenus par Marion dite Marine Le Pen le 22 avril 2012, au cas où certains les auraient oubliés...

 

 

Commenter cet article