Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voilà, ça baigne pour le patronat: les "partenaires sociaux" se sont entendus entre eux. Normal puisqu'ils sont des partenaires et non pas des adversaires aux intérêts divergents dans notre mauvaise société inhumaine et injuste. Et l'Elysée socialiste peut se féliciter aussi, lui qui avait appelé à un accord historique entre eux. Bon, il avait tout fait pour ça: réunions secrètes avec le patronat, embauche de 2 ex-dirigeants nationaux de la CFDT sous les ors de la République, plus quelque Légions d'honneur ici ou là. Et Michel Sapin, ministre du Travail avait fermement  appelé le PS à "respecter" le patronat", des fois qu'il y aurait des camarades qui oseraient le contraire.

Normal donc que la CFDT, la courroie de transmission syndicale du gouvernement dans l'enfer du chômage et de la précarité, soit le poisson pilote pour signer une compromission historique avec les deux satellites que sont la CFTC et la CGC.

 

Oui, mais les CDD vont être taxés, s'emballent les médias de la pensée unique en encensant dans le même sac les "partenaires sociaux" signataires. Sauf que votre honneur (comme ils disent au pays du billet vert) on ne majorera la cotisation d'assurance-chômage de 3% que pour les CDD de moins de un mois et de 1,5% pour ceux de moins de 3 mois. De ce fait, l'énorme majorité des contrats de travail courts, dits contrats saisonniers et cdd de remplacement (c'est comme ça que les partenaires sociaux définissent les CDD de plus 3 mois) ne seront pas taxés.

Le MEDEF en rit encore. Lors de l'interview à la sortie des soit-disants négociations, sans se démonter, il vient d'admettre que les surcotisations lui coûteraient 110 millions d'euros, mais que les allègements de charge prévus dans l'accord lui feraient économiser 155 millions d'euros, soit un bénef de 45 millions d'euros. La CFDT, elle dans la boue de sa compromission historique, parle toujours d'un accord donnant-donnant...

 

Bien, poursuivons donc dans le donnant-donnant:  Les syndicats auront une voix délibérative (et une seule) dans les groupes (tenez-vous bien) de 5000 salariés dans l'hexagone. Déjà que c'est un pouyen dans le monde du travail et pourquoi faire, pour débarrasser les tables ou nettoyer la moquette après le conseil d'administration?

 

Quant à la généralisation d'une complémentaire santé avec participation du patronat, on se rencontrera entre "partenaires sociaux" pour la mettre en oeuvre dans 3 ans, si d'ici là, l'ogre capitaliste ne nous aura pas tous mangés!

 

Et pour finir, toujours sans rire, le MEDEF a déclaré que c'était "tout sauf un accord a minima". Il s'est réjoui aussi que "les partenaires sociaux, qui négociaient depuis octobre, aient placé, par cet accord, la France «en haut des standards européens en matière de marché du travail et de relations sociales". Pas mieux pour expliquer la compromission historique. Enfin, il a exprimé le souhait que cet accord soit "ratifié en l'état par le Parlement au plus vite". Et bien là, camarades, on croit bien volontiers que ça va se faire !

 

 

La CGT a rejeté catégoriquement cette compromission historique avec le patronat.

 

 1373568235.jpg

Tiens un peu de musique et vous pouvez l'envoyer à la CFDT, CFTC et CGC, si vous le souhaitez:

 

 

 



Commenter cet article