Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

En 2004, c'est ainsi que les médias, toujours bienveillants envers ceux qui ne remettent pas en cause notre mauvaise société, présentaient l'accord signé entre Bosch et la CFDT à Vénissieux dans le Rhône. C'était le prototype d'un accord gagnant entre le patronat et les syndicats réformistes. Vous n'alliez pas en croire vos mirettes: cela serait mieux que le père Noël couvrant de joujoux les enfants sages.

 

Oui, parce qu'il fallait être sage, c'était l'unique solution pour sauvegarder l'emploi. Alors on supprima les 35h, on gela les salaires, on augmenta les cadences de travail. On supprima aussi 400 postes, mais c'était pour la bonne cause et puis le plan de licenciements était dit social.

 

En 2011, comme Nicolas Sarkozy se lançait dans le photovoltaïque, Bosch décidait de remplacer la production de pompes à injection diesel par cette activité. Toujours avec la bénédiction de la CFDT et sans remettre en cause le dit accord gagnant-gagnant. Comme si en France, il n'y avait plus de véhicules diesel et que chacun avait installé des panneaux sur le toit de son HLM.

L'usine de Vénissieux sera vendue ainsi que les parts détenues dans Aleo Solar (Ici le site de Robert Bosch en Belgique à Tienen).

En 2013, parce que après tout business is business, le géant industriel allemand Bosch remballe son photovoltaïque, annonce la cession de cette activité et met sur le carreau 400 emplois directs.

 

La CFDT, majoritaire, propose un table-ronde gouvernement-Bosch-syndicats. Peut-être pour une reconversion du site dans l'éolien. Montebourg de France, s'y connaît assez pour battre du vent et ne pas dire des méchancetés sur notre grande amie l'Allemagne d'Angela Merkel.

Commenter cet article