Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

3singes.jpg

Les médias font leurs gros titres sur un supposé blanchiment de fric sale entre la Suisse (Tiens, on n'aurait pas cru) et des notables parisiens (on n'aurait pas cru non plus).

Loin de moi l'envie de hurler avec les hyènes de la droite et de son extrême à ce sujet. En effet, pour ma part, je ne fricote pas avec les puissances de l'argent ou quelque dictature de par le monde, ni ne possède le moindre biffeton dans un quelconque coffre-fort helvétique ou en un autre paradis fiscal d'ailleurs. Je ne m'en tiens donc qu'aux simples faits.


Un coup de filet a été mené mené par 115 policiers, ce qui a permis de mettre au jour 1,5 million d’euros en liquide dans des coffres de notables parisiens. 7 personnes, directement liées aux trafics, ont été incarcérées. Les « notables », eux, ont été placés sous contrôle judiciaire, moyennant de substantielles cautions.

Il serait question de blanchiment d'argent tiré principalement de la vente de cannabis.


La drogue part du Maroc, l'un des plus gros producteurs au monde, selon le rapport de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Oui, on ne l'aurait pas cru de ce pays dont le monarque de droit divin est grand ami de la France, de nombre de ses élites qui vont y passer du bon temps. Pour la petite histoire aussi, Mohammed VI est également Commandeur des croyants. En France, plus de 80% du cannabis provient de chez lui.

    Contrairement à ce qui est indiqué dans la presse grand public, la majeure partie de ce haschich n’entre pas en France en passant par les Pays-Bas, mais provient directement du Maroc en passant par l’Espagne. Oui, pour la concurrence libre et non faussée, il n'y a plus de douaniers ni de police des frontières aux frontières de l'UE.

    Ensuite, c'est le business et de l'argent en liquide en grande quantité qu'on doit écouler via les banques suisses.

    "Les banques ont ce qu'elles appellent des "commis-voyageurs" qui passent la frontière avec une mallette contenant les fonds de leurs clients. C'est de la fraude fiscale", a expliqué à l'AFP une source judiciaire suisse, mais ça peut servir aussi à blanchir le fric sale de la drogue. "Quand un client demande des fonds à sa banque à Genève, ce n'est pas son argent qu'on lui apporte, mais celui de la drogue et il ne le sait pas. Son compte est ensuite débité, puis l'argent passe par des comptes intermédiaires et se retrouve à Londres, d'où il est reventilé" au profit des traficants de drogue ", détaille cette même source.   Tiens Londres et sa City, ça aussi on ne l'aurait pas plus cru.

      Trois frères d'origine marocaine ont été mis en examen et écroués, l'un à Paris, les deux autres en Suisse.

      Les deux en Suisse auraient été chargés de la partie financière des opérations tandis que celui en région parisienne serait vraisemblablement le collecteur des sommes générées par le trafic, avec une double tache: collecter l'argent sale et aussi verser d'importantes sommes en espèces à des Parisiens, évadés fiscaux ou auteurs d'abus de biens sociaux, désireux de rapatrier en France, discrètement et en liquide, des sommes détenues sur des comptes suisses.

       

      Ah, n'est-elle pas belle la vie? Mais comme disait Antonio Gramsci, "la crise, c'est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître."

       

      Commenter cet article