Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Pour celles et ceux qui peuvent les prendre pour s'évader de leur quotidien. En effet, l'Insee révèle qu'un Français sur deux ne partira pas en vacances en 2012.

  Pour autant, il faut rappeler que le 20 juin 1936, les députés du Front populaire votent l'octroi de 15 jours de congés payés aux travailleurs, disposition qui n'était reprise dans aucun des programmes des partis du Front populaire. Seule la CGT l'avait inscrite dans ses revendications.

  Les grèves du printemps 1936 et l'occupation des entreprises la font éclore. A cette époque, mais comme aujourd'hui, le patronat et les puissances de l'argent, ne voulaient d'aucune avancée sociale. Ci-dessous, la presse capitaliste en 1936, dont la une (le désordre général) ne laisse aucune équivoque. A cette date aussi, l'extrême-droite française (qui en 1940 va voir en Pétain une "divine surprise") s'était rangée dans ce camp.

 

  Texte plus grand Texte plus petit Séparateur
  Mais les travailleurs victorieux vont les prendre ces premiers congés payés de l'histoire sociale en France. Ci-dessous, la queue pour les billets à tarif réduit que la SNCF accorde à cette occasion (et qui sont toujours en usage aujourd'hui).
Blog de vuedemafenetre :vue de ma fenêtre., 1936 les 1er billets de congés payés
  Oui, et non content de partir en vacances, les augmentations de salaire après les Accords Matignon entre le patronat, le gouvernement et la CGT, la consommation va se réactiver en France. De plus, l’époque voit se développer les Maisons de la culture, Ciné Liberté, les associations sportives (Fédération sportive et gymnique du travail) et de plein air (cyclo-tourisme, camping, Auberges de la jeunesse, gîtes ruraux, aviation populaire)...
  Un histoire politique et surtout syndicale qu'il ne faut pas oublier.

(JPEG)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 1er août au 15 août 1936, les salariés français vivent leurs premiers congés payés.

                          
 


 

Commenter cet article