Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

   Un dessin de Burki qui pourrait illustrer la politique de l'emploi définie par le gouvernement de François Hollande...

  Certes, il faut être juste, cette flambée du chômage depuis que François Hollande est à l'Elysée, n'incombe pas spécialement à son gouvernement. Mais pourquoi des emplois d'avenir en CDD pour les jeunes, alors que tous les services publics manquent de véritables postes ? Pourquoi ne pas avoir voté des droits nouveaux pour les salariés afin de défendre leur outil de travail? Pourquoi ne pas avoir voté la loi sur l'interdiction des licenciements boursiers? Pourquoi accepter le traité européen Merkozy synonyme de plus d'austérité pour la France et l'Europe?

Michel Sapin, le ministre du travail, a affirmé dimanche 2 septembre, que le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité était désormais franchi, ainsi que le taux de 10 % de chômeurs.

  LE CONTRAT DE TRAVAIL N'EST "PLUS STABLE"
 

  Le ministre a par ailleurs estimé que le contrat de travail "n'est plus un contrat stable" et qu'il fallait "revoir cela" avec les partenaires sociaux pour "donner plus de sécurité de l'emploi". "Aujourd'hui le contrat de travail n'est plus un contrat stable, n'a plus aucun sens, c'est complètement détourné: les CDD, les missions d'intérim, les ruptures conventionnelles utilisées de manière extrêmement libérale. Tout cela fait qu'il y a une insécurité dans l'emploi", a affirmé le ministre du travail.

  "ADAPTATION"

  Mais, pour Michel Sapin, "de l'autre côté", les entreprises doivent aussi "pouvoir s'adapter" aux nouvelles donnes économiques. "Il faut permettre une adaptation en terme d'organisation du travail, en terme de localisation de l'emploi, aussi en terme de quantité d'emplois", a estimé le ministre, choisissant, à l'instar du premier ministre Jean-Marc Ayrault, de parler d'"adaptation" plutôt que de "flexibilité".

  Le gouvernement doit transmettre le 10 septembre aux partenaires sociaux un document d'orientation qui lancera cette négociation sur la sécurisation de l'emploi, qui s'annonce difficile.

  Source: Le Monde du 02 09 2012
Note de ma pomme: Partenaires sociaux, comme si un syndicat pouvait-il être le partenaire du patronat dans la gestion de la crise toujours profitable à celui-ci?
D'ores et déjà, FO a dit que si le terme "flexibilité" n'apparaissait pas dans le texte du gouvernement, on pourrait voir. Oui, cachez ce terme que je ne saurais voir. Et rappelez-vous, FO, qui ne voulait parler que de grève générale il y a peu. Quant à la CFDT, c'est le JDD qui écrit à son sujet que sur ce dossier-là, avec le MEDEF, elle est l'alliée du gouvernement. Et comme son boss François Chérèque n'a opposé aucun démenti...

Commenter cet article