Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est du moins ce que Manoli Glezos, écrivain de 91 ans et héros de la Résistance en Grèce contre l'occupation nazie, dit à l'Allemagne d'Angela Merkel. Depuis des décennies, lui et son association regroupant des vétérans de la Seconde Guerre mondiale et des démocrates s'échinent auprès de la première puissance du continent européen.

 

Pour le héros de la Résistance Manolis Glezos, l'Allemagne doit 162 milliards d'euros à la Grèce.

 

Manolis Glezos s'en explique dans le quotidien allemand Die Welt:«A la différence des autres pays occupés, qui n'ont dû prendre en charge que les frais des troupes d'occupation, la Grèce a en plus de ça été forcée de financer l'Afrikakorps. Cette somme a été désignée sous le terme de “crédit d'occupation”, et le professeur Aggelospoulos a été le premier, en 1962, à calculer que cela représentait environ 3,5 milliards de dollars en 1938. Cela correspond aujourd'hui –sans les intérêts– à 54 milliards d'euros.»

Selon ses calculs, les Allemands doivent aujourd'hui en tout 500 milliards d'euros aux Grecs.«Les Allemands ont trouvé toutes sortes d'objets de valeurs au cours de leurs travaux de consolidation et de construction des rues et les ont emmenés.»


La commission d'experts mandatée à l'automne dernier par le ministère des Finances grec pour estimer le montant de la dette allemande vient de rendre ses conclusions, pour l'instant pas rendues publiques. Sans doute au nom de la transparence.

Oui mais non, dit un ministre du gouvernement droite-socialo grec, sous couvert d'anonymat (sans doute aussi pour la transparence):«Ce n'est pas le bon moment pour commencer à se disputer avec Berlin.»


Manolis Glezos estime que l'Allemagne peut rembourser, étant donné ses finances. Attention dit-il: l«Ce n'est pas du tout une question d'argent mais de justice. Pour y parvenir, il ne faut pas que l'argent aille dans les caisses du gouvernement grec. L'Allemagne pourrait proposer des bourses aux étudiants grecs ou financer des projets d'infrastructures. Il s'agit de rapprocher nos peuples en Europe. Mais la justice fait aussi partie de ça.»

 


L'Allemagne n'a jamais versé à la Grèce les indemnités de guerre après l'occupation de 1941 à 1945. De même, elle n'a pas fini de payer les indemnités de la 1ère guerre mondiale.


Manolis Glézos est lui une grande figure de la résistance grecque au nazisme. Le 30 mai 1941, il avait osé, avec Apostolos Santas, monter sur le Parthénon pour y arracher le drapeau à croix gammée qui flottait sur l'Acropole d'Athènes pendant l'occupation nazie.

Commenter cet article