Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Avant d'insulter grossièrement le peuple grec, Christine Lagarde, patrone du Fmi (qui ne paie pas d'impôt sur le revenu sur ses 380 939 euros annuels) était ministre des Finances de Sarkozy. En pleine flambée du prix des carburants, elle demanda aux Français de "rouler à bicyclette" par mesure d'économie. Heureusement pour elle, cette dame n'a pas pris le vélo pour se rendre de l'autre côté de l'Atlantique pour gérer le capitalisme.

 

  Ministre donc du gouvernement Sarkozy des riches et du patronat, elle eut toujours don de prévoir l'avenir. Le 17 août 2007, à peine assise dans le conseil des ministres, elle déclara par rapport à la crise internationale:"ce n'est pas un krach. Nous assistons aujourd'hui à un ajustement, une correction financière, certes brutale mais prévisible." En février 2008, au Japon, lors du G7, elle trompetait:"Nous ne prévoyons pas de récession dans le cas de l’Europe."

  Un peu plus tard, en conférence de presse, le 16 septembre 2009, elle persistait: "La crise aura des effets sur l’emploi et sur le chômage, pour l’heure ni avérés ni chiffrables."
Poursuivons dans le temps et revoilà le rossignol de l'économie française de dire, le 25 juin 2010: "La notation de la France est le triple A. Elle n'est pas menacée."
   Elle persistait le 9 juillet  être "convaincue que la France va conserver sa note AAA".
  Presque à Noël de cette année, elle promettait aux économistes sages: "Une restructuration de dette n’est pas à l’ordre du jour au sein de la zone euro"  et passé le 1er de l'an: "L’euro a franchi le cap, et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle", ou bien "Tant que je serai dans ce poste, la France n’abandonnera pas le triple A. "
  Enfin, sur la capitalisme dont elle est l'un des serviteurs les plus fidèles, madame Lagarde, ci-devant ex avocate d'affaires américaine, déclamait que "protéger les faibles contre les forts, c’est l’essence du libéralisme."
  N'allez pas croire que Christine Lagarde est une sotte ou le vilain petit canard du système. Qui a remis en cause sa compétence à diriger le Fmi, du côté de la droite ou de la social-démocratie? Et on se souvient de la passation de pouvoir, la plus cordiale du monde (capitaliste) entre elle et un certain Dsk, l'un des plus grands économiste que l'Internationale socialiste n'ait jamais connu...

    Piqué sur Rue89, le rectif de madame Lagarde sur son insulte envers le peuple grec:

 

Croqué par Olivier Lascar

Commenter cet article

C
pourquoi es-tu si virulent contre lagardienne des coffres forts?
Répondre