Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Rassurez-vous, je ne vais pas vous entretenir de ceux qui ont cru se reconnaître sur un certain mur. Mais je veux ici parler des médias qui, sans exception, ce matin, parlent du record du chômage de 1997 battu. Comme si plus de 5 millions de demandeurs d'emploi participaient à une simple épreuve sportive. Ou qu'il ne s'agirait que de statistiques communes que délivrerait le ministère du Travail dont ce serait l'unique job.

 

Non, ces plus de 5 millions de demandeurs d'emploi, toutes catégories confondues, sont des êtres de chair et de sang, et de souffrances, dont l'horizon se bouche plus encore. Ce sont nos amis, nos voisins, nos frères, nos enfants et nos petits-enfants qui ont perdu ainsi le premier des droits constitutionnels, celui du droit au travail. Se sont également nos amis, nos voisins, nos frères, nos enfants et petits-enfants, quand cela ne sera pas nous-mêmes, chez qui grandit l'angoisse de basculer à notre tour dans cette grande abîme de la désolation.

 

Beaucoup parmi ces laissés pour compte de la République avaient voté pour François Hollande. Beaucoup crurent en un coup de balai socialiste pour débarrasser le capitalisme de tout ce qui était sale.

Or, presque un an après mai 2012, le parti du fric, de la fraude et de l'exploitation de l'homme n'a jamais été aussi florissant. Pire, il est aidé par François II à l'Elysée. Deux exemples: avec la destruction du Code du travail, s'ajoute hier le refus de la Commission des lois de l'Assemblée nationale de rejeter une proposition législative sur les licenciements boursiers.

 

Non, plus de 5 millions de demandeurs d'emploi, ce n'est pas un record, même triste. C'est un désastre humain et social.


Et il serait con de rester les pieds dans les mêmes sabots, à attendre qu'un vent d'ailleurs nous apporte un quelconque renouveau.

 

Commenter cet article