Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Après l'avocat fiscaliste, très très proche de la boss du Fn, qui avait ouvert le compte en Suisse, voici un nouvel éclairage du journal Sud-Ouest:

 

L’anecdote est rapportée par la journaliste Ariane Chemin, l’une des grandes signatures du journal « Le Monde ». On est le 12 décembre. L’affaire Cahuzac vient d’éclater. « Évidemment, qu’il a un compte en Suisse », glisse Alain Bauer, sous le sceau de la confidence à son interlocutrice. Ce vénérable maçonnique, adoubé par les sarkozystes après avoir été l’un des poulains du socialiste Michel Rocard, est un spécialiste des questions de sécurité. Habitué à fréquenter le monde du renseignement, il n’ignore rien des petits secrets qu’on échange entre initiés. Le compte non déclaré détenu en Suisse par Jérôme Cahuzac en faisait sans doute partie.

 

Au printemps 2012, l’ancien trotskiste Julien Dray, adepte des montres de luxe et que l’univers policier fascine, avait mis en garde François Hollande. La rumeur d’un compte suisse courait les couloirs de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

 

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, vieil ami d’Alain Bauer, dément pourtant vigoureusement l’existence d’une quelconque note rédigée à ce sujet. Est-ce à dire qu’elle n’a jamais circulé ? Il est probable que les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire s’attacheront à vérifier une information que l’avocat agenais Michel Gonelle, le détenteur de l’enregistrement où Jérôme Cahuzac dit que cela « l’emmerde » d’avoir un compte en Suisse, tient pour certaine.

« Je sais de bonne source que ce compte, vraisemblablement en 2008, a fait l’objet d’un signalement de la part d’un officier de la Douane judiciaire. Signalement qui a ensuite été transmis aux services de renseignement. » Joint hier par nos soins, le fonctionnaire, qui est aussi l’élu d’une commune du Val-d’Oise, est d’abord resté sans voix pendant quelques instants. Après le passage d’un ange, il s’est dit « surpris ». Il a ensuite précisé « ne pouvoir confirmer » s’il avait rédigé ou supervisé un rapport. Avant de conclure qu’il « ignorait tout de cette histoire ».

Jean-François Copé, le patron de l’UMP, en fait aujourd’hui des tonnes en dénonçant sans faiblir « un mensonge d’État ». Outre le fait que circulait il n’y a pas si longtemps encore des photos où on le voyait barboter dans la piscine du marchand d’armes Ziad Takieddine, farouche partisan des paradis fiscaux, le leader de la droite passe vite sur ces années où le ministère du Budget était dirigé par ses amis. Éric Woerth, François Baroin et Valérie Pécresse ont-ils pu ignorer le soupçon pesant déjà sur l’élu socialiste ?

« Le 11 juin 2008, j’ai adressé un mémoire à Éric Woerth. Ma hiérarchie avait engagé une procédure disciplinaire contre moi pour avoir utilisé sans son aval une base de données et consulté le dossier fiscal de Jérôme Cahuzac, rappelle Remy Garnier, l’inspecteur du fisc lot-et-garonnais. J’avais eu vent de cette histoire de compte suisse non déclaré. Naturellement, je l’avais mentionné dans mon courrier à Éric Woerth. »

La traque de la fraude fiscale chez les élus influents n’est pas forcément la tasse de thé de la Direction générale des finances publiques. Fin 2008, toujours à l’époque d’Éric Woerth, Remy Garnier se verra infliger un avertissement par arrêté ministériel. Et comme il le contestera en justice, l’affaire continuera à être suivie en haut lieu par les ministres successifs. Ne coïncidait-elle pas avec l’irrésistible ascension du député villeneuvois, devenu par le bon vouloir de Nicolas Sarkozy président de la commission des finances de l’Assemblée nationale ? De là à penser que le chef de l’État imaginait le « contrôler », un peu comme il l’avait fait pour Dominique Strauss-Kahn, proposé comme directeur du Fonds monétaire international alors qu’il n’ignorait rien de son addiction sexuelle…


Le compte suisse de Jérôme Cahuzac a sans doute échappé à Jean-Michel Apathie, chroniqueur sur Canal+ du microcosme politique. Mais, à droite comme à gauche, beaucoup ne l’ignoraient pas. À côté des détectives recrutés par Patricia Cahuzac pour enquêter sur la vie privée de son ex-mari, une officine spécialisée dans l’intelligence économique œuvrait depuis des mois dans l’ombre pour débusquer les comptes de Genève à Singapour. « J’ignore qui les a actionnés. Mais cela fait près de deux ans qu’ils y travaillent, confie un spécialiste du renseignement privé. Cela se savait. »

 

Note de ma pomme: Aux dernières nouvelles, la Suisse, notre voisine, est toujours un paradis fiscal pour les riches, le patronat et les dictateurs en tout genre. Mais ça ne préoccupe que les démocrates ou le gogo qui s'aperçoit enfin qu'il a été berné, pas les riches, le patronat et les dictatures qui régentent notre planète. On comprend pourquoi.

 

Commenter cet article