Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La réquisition de logements, souvent envisagée, rarement décidée

Quitte à me répéter, ces mots de Paul Eluard écrits en 1936: "Nous prendrons notre bien où nous voulons qu'il soit". Et comme le poète a toujours raison, le Dal et Jeudi noir ont réquisitionné à Paris une maternité désaffectée qui appartient au groupe BNP Paribas, locaux vacants pour faire du profit que dans un but social.

Comme à Bordeaux et partout en France, devant l'inertie de l'Etat, suite à l'usine à gaz sur les réquisitions des logements vides construite par Cécile Duflot, les associations "réquisitionnent" pour accélérer vraiment le processus.

 

Ainsi, l'ancienne clinique du bien-Naître, bâtiment de cinq niveaux et d'une quarantaine de chambres dans le 12e arrondissement de Paris, a-t-elle fait l'objet d'une "réquisition citoyenne". Et comme à Bordeaux, ou partout ailleurs en France, la police est là au nom du droit républicain à posséder des logements inoccupés pour la spéculation immobilière.

 

Le plus triste est la position de la ministre écolo du logement. Son ministère avait demandé pourtant aux préfets des régions en difficultés, dont l'Île-de-France, de "se mettre en situation de procéder à des réquisitions d'ici la fin de l'année" 2012. D'autant plus que l'ordonnance de 1945 autorise la réquisition de tout local vide depuis plus de 8 mois.

 

Bon, 1945, c'était la Libération de la France et l'application du programme politique du Conseil National de la Résistance. Qu'est-ce on en a à foutre de tout ce bazar au XXIe siècle dans la patrie des droits de l'Homme. Vous ne croyez pas?

 

 

 

Commenter cet article