Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Depuis septembre 2011, le maire Ump de ce village (sans doute blotti autour de son clocher chrétien), en Seine-et-Marne, refusait de scolariser en primaire 18 gamins, enfants de familles immigrées en attente de leur statut d'exilés politiques.


Ecole de Rubelles. Au micro, Eric Sueur, secrétaire départemental de la FSU, aux côtés de Pascal Gentil (RESF), à sa droite, et Nicole Fautrel (Ligue des droits de l’homme), à sa gauche, ont réclamé au maire la scolarisation de 18 enfants. (article du Parisien)

 

  Et bien le préfet vient de prendre le taureau par les cornes et intimer l'ordre au premier magistrat de respecter les lois de la République en matière de scolarisation obligatoire des enfants. En fait de taureau par les cornes, le haut fonctionnaire de l'Etat a attendu le lendemain du second tour, comme nous l'explique Rue89 dans son article:

 

 

  « On est super contents, les enfants pourront aller à l’école dès lundi matin ! »

 

  Nicole Fautrel, de la Ligue des droits de l’homme (LDH), crie victoire. Après l’élection de François Hollande, le maire a enfin accepté d’ouvrir les portes de son école aux dix-huit enfants étrangers qu’il refusait de scolariser.

  Dimanche encore, Michel Dreano, son adjoint, expliquait qu’il était hors de question de les scolariser. Depuis huit mois, ils étaient ainsi relégués au parking qui jouxte les hôtels où logent leurs famille.

  Est-ce grâce à la forte mobilisation des associations et de certains parents, de la médiatisation ou de l’alternance politique ? « Un peu des trois », selon Nicole Fautrel.

Le préfet rappelle la mairie à l’ordre... le 7 mai

L’arrivée de François Hollande aux affaires à vraisemblablement contribué à débloquer la situation :

  « Mercredi, nous avons réussi à réunir une manifestation importante devant la préfecture. Un des conseillers du préfet nous a alors lu une lettre adressée au maire de Rubelles qui était datée du 7 mai, donc juste après l’élection. Il lui rappelait l’obligation, selon la loi, d’inscrire les enfants à l’école. »

  Les familles des enfants ont pu aller chercher leur certificat de scolarisation ce vendredi à la mairie de Rubelles. Selon Nicole Fautrel, qui y était également afin de les épauler, la mairie n’a absolument pas fait barrage. Elle assure que l’Education nationale s’est elle aussi mobilisée pour préparer l’accueil des enfants lundi.

 

Commenter cet article