Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

http://www.lepoint.fr/images/2013/05/22/1491551-jpg_1375421.JPG

Préparation d'un deuxième Titanic industriel

 

Tactique patronale : c'est comme pour un accouchement : quand la tête est passée, c'est plus facile pour la suite.

 

Ceux qui se frottaient les mains en se disant que la casse d'Aulnay préservait leur "quant à trimer" durable, ceux qui ont regardé, comme romains sur les gradins du Colisée, les gladiateurs d'Aulnay se battent avec les lions affamés de l'avenue de la Grande Armée, vont à leur tour se retrouver sur le sable et pas que celui de l'arène :

 

France Inter et Reuters affirment que le constructeur automobile a besoin d'argent et prévoit de redéployer les 660 salariés du site tertiaire de Meudon-La-Forêt (Hauts-de-Seine).

"Dans le contexte économique difficile traversé par le groupe, la rationalisation du taux d'occupation des sites et l'adaptation de l'aménagement des implantations actuelles des postes de travail [...] s'imposent", écrit le constructeur automobile. Ces redéploiements s'effectueront" dans des sites de la région parisienne, ainsi qu'à Vesoul (Haute-Saône)", précise France Inter. La mise à prix du site serait de sept millions d'euros.

 

Après Aulnay-sous-Bois et Rennes, Meudon-La-Forêt. Selon l'agence Reuters et France inter, mercredi 22 mai, PSA Peugeot Citroën va fermer d'ici un an le site tertiaire des Hauts-de-Seine dans le cadre de la restructuration de ses activités françaises. Ses 660 salariés seront redéployés sur d'autres sites, peut-on lire dans un document officiel que Reuters s'est procuré et qui sera présenté mercredi matin aux syndicats lors d'un comité central d'entreprise ordinaire."

 

Tant que cette stratégie produira des résultats, ils ne chercheront pas à en changer : deux ou trois signatures complaisantes, un pouvoir qui borde la manoeuvre et maintenant le tour est joué. Élaborée pour l'aéronautique des la fin des années 60 en IDF, poursuivie avec le textile (et ses conséquences visibles au Bengladesh, revigorée sous Jospin avec Villwoorde pour Renault (poursuivie avec Billancourt et d'autres site). Pas de discours, ils ont la méthode. Parions* que dès l'annonce le cours de l'action (que le dernier CA a décidé de racheter en masse) va s'envoler.

 

Une opération aussi scélérate que prévisible. Avec en prime la possibilité pour PSA de réaliser en plus d'une opération spéculative sur un foncier qui lors de l'installation lui aura quasiment rien couté, de pouvoir grâce à l'ANI légalement licencier ceux qui refuseraient d'aller bronzer sous les cocotiers de Vesoul (que PSA il y a une quinzaines d'années cherchait à liquider ; attention à l'effet entonnoir).

 

S'il fallait une justification de plus à la lutte des ouvriers d'Aulnay elle n'aura pas tardé à être apportée par les pratiques de PSA.

 

Le groupe doit déjà avoir des avocats qui ont écrit le communiqué disant que seul les sites industriels sont concernés par l'accord qui a permis à l'état d'injecter de la fraîche à tout le groupe pour financer la casse.

 

Que va dire Montebourg et les six co-petits nains de Bercy qui l'accompagnent?  Fatalitas, comme en choeur Matisée et l'Elygnon ?

 

Et si, sans attendre une impossible prise de conscience du PS et de ceux qui collent à sa roue, nous commencions enfin à débattre sur la place publique des formes d'appropriations publiques ? Pas que la nationalisation, même celle-ci à toute sa place dans la musette. Débattre des moyens d'expropriation sans conditions des accapareurs des moyens de productions et d'échanges ?

 

Le capitalisme ne se dépasse pas, il s'éradique comme il a lui même éradiqué les formes structurelles d'organisations économiques et sociales antérieures à son apparition.

 

Si nous parlions communisme comme outil de la démocratie économique et sociale, comme but et moyen politique pour le construire ? Cela pas dans la stratosphère, mais à partir des urgences de 2013.

 

Enraciner la politique et laisser les "hors sol" à leurs  perfusions, dilatations, foutaises, et trahisons.

 

* La Canaille aurait du parier. Entre le début de la rédaction de cette page et la mise en ligne, regardez la courbe et singulièrement tout à droite ce qui se passe à la mi mai. L'emploi comme chair à profit est là dans toute sa splendeur : entre le 01 et le 22 mai le cours passe de 6.08 à 7,40, qui a eu une tel augmentation de pouvoir d'achat de son salaire (22%) dans son quartier ? 

13-05-22-couour-PSA.JPG

 

Commenter cet article