Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Narbonne est administrée par par le maire Jacques Bascou du Parti socialiste. Lors du Premier mai 2013, voilà que des communistes ont entrepris de vendre du muguet sur la voie publique. C'est là une tradition qui remonte à loin dans l'histoire du mouvement ouvrier, notamment dans celle du PCF. Ce que confirme d'ailleurs le Journal officiel du 4 juin 2001: « Cette vente effectuée par des personnes non munies des autorisations nécessaires fait l'objet, de la part des autorités locales, d'une tolérance admise à titre exceptionnel, conformément à une longue tradition. Au demeurant, de nombreuses communes organisent elles-mêmes, par arrêté municipal, la vente du muguet par des particuliers le jour de la fête du Travail ».

 

Mais revenons à ce Premier mai 2013. Ce jour-là donc, des cocos proposent du muguet lors du rassemblement syndical qui se tient devant les Halles commerçantes de la ville. A cause de travaux importants dans le centre de Narbonne, le rassemblement s'est replié à cet endroit.

Or la police municipale est venue verbaliser Jean-Pierre Maisterra, ancien conseiller municipal coco de Narbonne, pour vente illicite, vu l'arrêté de monsieur le maire interdisant de vendre du muguet à des fins commerciales devant les Halles de Narbonne.

Et zou, vendredi dernier, Jean-Pierre Maisterra est convoqué au commissariat de police de Narbonne pour répondre de son acte hautement répréhensible. Il attend désormais les suites à son sujet.

Jean-Pierre Maisterra s'est expliqué sur cette tradition ouvrière de vendre le muguet le jour du 1er mai, une différence entre une vente sauvage à des fins commerciales et une vente militante. Surtout, il s'est étonné que le même Jean-Pierre Bascou ait autorisé deux fleuristes patentés des halles de vendre sur le parvis, par arrêté de monsieur le maire, "à titre gratuit, précaire et révocable, à occuper le sol de la voie publique pour y vendre du muguet à l'occasion de la fête du 1er Mai ".

Deux poids, deux mesures donc dans Narbonne, qui plus est en bafouant une tradition ouvrière.

 

Bon, oui, c'est vrai, le PS professe désormais qu'il n'y a plus de classes populaires en France. Et il y a longtemps qu'il a gommé le mot ouvrier ou camarade de son vocabulaire. Il est plus du côté des cols blancs que des bleus de travail.

Et si le PCF de Narbonne avait proposé des roses lors du rassemblement syndical de ce 1er mai, ça aurait marché?

 

Je me souviens de deux temps ancien dans Narbonne, ma ville natale.

En 1871, elle s'enflamma et créa une Commune à l'instar de celle de Paris.

En 1907, lors de la révolte du Midi viticole, elle s'enflamma à nouveau et la troupe fusilla dans les rues de la ville. Le 19 juin, on releva deux morts dont un adolescent de 14 ans. Le lendemain, 5 morts gisent à terre dont une jeune fille de 20 ans, et 32 blessés. Ernest Ferroul, le maire de Narbonne, qui a pris fait et cause pour la révolte, est arrêté.

Lorsqu'il fut député, il siégeait à l'extrême gauche de l'Assemblée nationale, aux côtés de Jean Jaurès du Parti socialiste de l'époque.

Mais c'était encore le temps du muguet et des ouvriers, pas celui de la trahison.

 
 
Allez, la chanson du 17e, quand la troupe tourne les crosses à Béziers, la cité voisine, pour ne pas fusiller le peuple révolté:
 

Commenter cet article

S
un grand voile noir s'abat sur la mémoire des socialistes, mais cela précède et heureusement la fosse noire ( de l'oubli) qui va bientôt engloutir tous ceux là qui oublient leurs promesses et trahissent le peuple
Répondre