Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Capture d'écran

Capture d'écran

Enfin dit Macron, je m'occuperai de votre pouvoir d'achat et plus jamais des profits du CAC 40 et je réformerai notre République monarchique qui me donne les pleins pouvoir: chef de l'exécutif sans rendre compte à personne, gouverner par décrets et ordonnances, être unique chef des armées et faire la guerre sans l'avis du Parlement, etc...

Bref, une fois la majorité des députés de l'Elysée élue à l'Assemblée nationale, on rase gratis.

Mais si nous voulons des hausses de salaires et de pensions, avec l'amélioration de notre quotidien au travail comme dans la cité, ou la citoyenneté dans une République populaire, démocratique et sociale, nous allons devoir aller les chercher.

L'histoire démontre que sans luttes sociales d'ampleur contre un gouvernement de droite, ou quand le mouvement ouvrier donne une chance, la lutte au ralenti, à un gouvernement socialiste, le train des jours heureux ne s'arrêtent jamais dans le pays.

Trois exemples avec la gauche au pouvoir: François Mitterrand, président socialiste de la République avec une majorité à sa botte: élu en 1981, plan de rigueur dès 1982 pour satisfaire le capital.

Lionel Jospin, premier ministre socialiste: désengagement chez Renault, prolongement de la casse à la SNCF et début des privatisations à Air France, France télécom, etc.

Le pompon à Hollande 2e président socialiste de la République, majorité absolue, Macron secrétaire-général de l'Elysée, puis l'un de ses ministres les plus influents pour gérer loyalement le business du capital. J'espère que vous vous souvenez:

Macron saison 2: si vous votez pour mes députés, demain, promis, on rase gratis. Exemple:

Au contraire, contre les politiques de droite ou de gôche, il va  falloir nous engager pour amplifier plus encore les mobilisations, élargir l’action partout dans les entreprises et dans les services.

S’engager pour que converge le mouvement social et imposer, ensemble, une politique afin de vivre dignement au travail comme dans la cité, et imaginer des lendemains qui chantent pour nous, et notre famille. VRAIMENT.
 
Le reste n'est que des carabistouilles!

Commenter cet article