Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Hier il faisait beau, aujourd'hui c'est le froid
Ce monde est devenu fou ! Si le climat était le seul à faire des siennes. Le monde craque de partout creusant des fissures entre les peuples qui, de part et d’autre, pourtant, ne demandent qu’à vivre. Des fissures qui les divisent, les conduisent à s’affronter entre eux plutôt que s’attaquer aux causes réelles.
 
Pour le Business, c’est toujours l’été
 
Qu’importe quelques guerres, qu’importe que l’horizon se teinte de brun, qu’importe que la vie se durcisse pour des millions de travailleurs… Il faut que le cash rentre ! Et les promesses de « quand je serai élu » de meilleurs salaires - paroles pour calmer les enfants turbulents - laisseront de toute évidence nos fins de mois bien pauvres.
 
Le printemps vit en nous
 
Mais qu’on se rassure, ce sale temps n’a pas chassé le printemps qui vit en nous et avec lui cet entêtement à ne jamais renoncer. Cette force qui nous anime pour aller chercher ce que l’on refuse de nous donner est intacte. Les échos de ces luttes qui se multiplient dans les entreprises, les victoires qu’elles engrangent la renforcent. Elles sont comme autant d'encouragements à élargir et à intensifier notre action.
 
Pris sur l'Actu hebdo de la CGT
 
Pour ma part, toujours debout, je n'ai pas renoncé en des lendemains qui chantent, dans une société débarrassé du joug capitaliste.
Je reste révolutionnaire envers et contre tout. Surtout contre quelque sondage m'indiquant quel chemin prendre. Je reste révolutionnaire parce que mon unique héritage est la lutte des classes pour une République populaire, démocratique et sociale.

Et si un jour

Ma montre

Ne marque plus l’heure nouvelle

Avant de m’endormir

Que des mains anciennes

S’enroulent à ma canne

Et que de la terre vers mon cœur

Viennent

Tous les échos révolutionnaires des siècles

 

Commenter cet article

T
Nous sommes mal barré avec une CGT cornaquée par la CES et la CIS
Répondre
L
Et si nous engagions le débat et la lutte, sans attendre un hypothétique Grand soir électoral ou un congrès confédéral?