Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Capture d'écran

Capture d'écran

Plusieurs vidéos et témoignages démontrent un traitement discriminant et raciste des réfugiés Africains qui tentent de fuir l’Ukraine. Pris sur Politis: article en lien. Ah, cette UE du capital solidaire et humaine, dont la Pologne, état aux racines hautement chrétiennes!

Extraits: De nombreuses vidéos diffusées ces derniers jours sur les réseaux sociaux montrent une discrimination raciste manifeste des réfugiés qui tentent de fuir l’Ukraine, triant, à différents points de passage, ces derniers en fonction de leur couleur de peau. À Zaporija dans l'est du pays et alors que les russes étaient à cinquante kilomètres, les autorités ukrainiennes ont empêché des réfugiés noirs de monter dans les trains en direction de Lviv, ville située à 70km de la Pologne. À la frontière, ce sont les douanes qui pointent leurs armes sur les réfugiés d’origine africaine, obligés de lever les mains au ciel et de crier « nous sommes étudiants, nous ne sommes pas armés » ou, comme ci-dessous un douanier qui repousse violemment un réfugié. (...)

La Pologne a démenti l’existence d’un tri raciste des réfugiés aux frontières prétextant que déjà plus de 200 000 personnes avaient été accueillis en Pologne « quelle que soit leur nationalité », plaide l’ambassade de Pologne en France.

« C’est faux, nous les avons rencontrés ces Africains », affirme Tahar Rani, journaliste de France 24 présent sur Lviv et qui a recueilli la parole de nombreux étudiants africains et maghrébins. Mustapha, un jeune guinéen de 25 ans, étudiant en médecine lui a raconté son parcours. Fuyant Karkiv où les combats sont particulièrement violents, Mustapha et son frère ont été bloqués pendant quatre jours dans la gare de Lviv après avoir été refoulés de la frontière polonaise. « Les Polonais nous ont dit que les noirs ne rentraient pas, qu’il n’y avait plus de place pour les migrants parce qu’ils en ont accueillis beaucoup. Au même moment, des réfugiés blancs passaient. » D’après lui, une délégation guinéenne avait fait le trajet côté polonais jusqu’à la frontière avec l’Ukraine mais n’a pas réussi à négocier leur passage. Les Polonais auraient exigé la venue d’un bus juste pour eux.

Ils avaient mis les noirs d’un côté et les blancs de l’autre.

Mustapha a donc dû rebrousser chemin et repartir vers la grande ville de Lviv en attendant de se présenter à une autre frontière plus clémente avec les Africains. Lorsque nous avons pu le joindre, il était en passe d’entrer en Slovaquie. Soulagé mais épuisé par ce périple. Un membre de sa famille, installé en Belgique doit venir le chercher. (...)

Commenter cet article