Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Tellement, que Valérie Pécresse, l'autre candidate de droite, parle piteusement de contrefaçons. C'est dire! Et du coup, cette capture d'écran:

Présidentielle 2022: Macron sort l'artillerie lourde pour défendre le capital

Bref, si Valérie Pécresse gémit autant après la très interminable conférence de presse du président désormais -ouf- candidat pour ceux qui n'ont rien à faire dans les téloches, les candidats des extrêmes droites y trouvent également du grain à moudre:

Service du travail obligatoire pour obtenir une misère au RSA, baisse d'impôts pour le marché libre et non faussé, travailler jusqu'à la Saint-Glinglin pour partir à la retraite, concurrence entre les établissements scolaires et plus de turbin pour les enseignants, haro sur les immigrés mais pas sur les Ukrainiens qui sont des réfugiés, des assistants médicaux pour remplacer les toubibs absents dans les déserts médicaux, etc, etc.

Bref, sans rire du tout, Macron, à nouveau président, verrait bien Valérie Pécresse dans son gouvernement. Normal quand on a le même programme et que d'anciens potes à elle y sont déjà au gouvernement.

Comme sont d'ailleurs en conseil des ministres d'ancien camarades à Anne Hidalgo, candidate socialiste soutenue par Hollande ex-président: JY Le Drian, Florence Parly, Olivier Dussopt, ou Olivier Ferrand, ou le patron des députés macronistes ou le chef suprême de l'Assemblée nationale. Barbara Pompili, ministre actuelle de l'écologie, était elle le grand sachem des députés écolos sous Hollande président avec Macron comme ministre.

En tout cas, je vois bien Y Jadot comme ministre d'un ex-banquier d'affaires. Il est ni à gauche ni à droite. Comme le répète Macron.

En tout cas, "les forces sociales ne peuvent se construire que si elles ne produisent pas un bloc historique", écrivait Antonio Gramsci, communiste italien, mort en prison en 1937 sous la dictature de Mussolini. Oui, la lutte de classe existe toujours contre l'exploitation capitaliste. Et du saupoudrage sur les estrades, même teinté de "gauche", n'est pas le moyen pour combattre le capital.

Commenter cet article