Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La guerre en Ukraine, Poutine, les USA et l'Otan

La lettre d'Anatole France dans l'Humanité du 18 juillet 1922, après la Première Guerre mondiale

Aujourd'hui, l’escalade militaire en Europe de l'Est par les États-Unis et son bras armé l'OTAN depuis des décennies autour de la Russie, et la reconnaissance par Poutine de l’indépendance des républiques autoproclamées russophones  de Donetsk et de Lougansk ont débouché sur l'invasion militaire russe de l'Ukraine.

Lorsque la Russie, la Béliorussie et l'Ukraine, présidées par des anciens communistes, dont Elstine pour la Russie, paraphent la fin de l'URSS par la création de ces trois nouveaux états, la voix choisie n'est pas la souveraineté de leurs peuples et l'indépendance de leurs pays respectifs. Mais débute leur entrée dans un capitalisme des plus débridés. Dès lors, pensant être dans le "nouveau monde" issu de la chute du Mur de Berlin, Elstine demande aux USA d'être membre de l'Otan. Refus des USA mais promesse de ne pas encercler militairement la Russie. Gorbatchev, dernier chef d'état de l'Union soviétique, avait obtenu pareille assurance. Une carte de l'Europe démontre aujourd'hui que seules les promesses rendent les enfants heureux. En fait, l'impérialisme américain n'a qu'un but, garder sa mainmise sur toute la planète.

Poutine succédant à Elstine, la Russie ne s'est pas ouverte plus à la démocratie et à la justice sociale. Choisi par Elstine pour lui succéder, l'ex-officier supérieur du KGB taille davantage dans la Constitution russe pour détenir tous les pouvoirs et faire emprisonner les opposants économiques à son enrichissement personnel ainsi qu'à celui de ses amis oligarques dans le business créé après la disparition de l'Union soviétique. Pour parfaire sa posture, des assassinats de journalistes d'investigation contre le marché sont aussi perpétrés en Russie. Et depuis l'invasion de l'Ukraine, la police de Poutine réprime toute manifestation anti-guerre.

Mais ce pays capitaliste a gagné de l'influence en Afrique, en Asie notamment dans le sous-continent indien. La Russie commerce également avec la Chine devenue l'ennemi économique  n°1 de la libre Amérique sur notre planète des riches et du capital. En Europe, la Russie commerce avec l'Allemagne, chef économique de l'UE, notamment par l'intermédiaire du gaz et du pétrole exportés, et dans une moindre mesure avec la France et des pays de l'est de l'Europe. C'est est trop pour les USA qui revendiquent d'être l'unique patron du capitalisme international pour le business étasunien.

Depuis la chute de l’URSS, les États-Unis et l’OTAN poursuivent une stratégie d’encerclement et de réduction de l’influence russe,  et pour réduire les aspirations de Poutine à restaurer le statut de grande puissance de la Russie.

En 2014, les accords de Minsk (Ukraine-Russie-russophones ukrainiens) stoppent momentanément les combats opposant les parties russophones à l'est de l'Ukraine et le gouvernement ukrainien. Les accords de Minsk ordonnent un cessez-le-feu, un programme économique pour revitaliser cette partie russophone, des élections dans ces territoires et une loi  instaurant l'autonomie du Dombask et de Loungask au sein d'une Ukraine fédérale. Rien de cela n'a été entrepris par l'Ukraine, celle-ci déniant même aux russophones de parler et d'écrire en russe, leur langue maternelle. Les combats ont donc repris dans cette partie de l'Ukraine.

Considérant être attaquée et encerclée par la puissance impérialiste américaine et son valet l'UE, et pour défendre les russophones ukrainiens, le régime de Poutine envahit l'Ukraine. Mais pas pour la démocratie et la justice sociale en Ukraine comme en Russie. La Russie de Poutine est profondément réactionnaire et capitaliste. Elle ne sert que les intérêts d’oligarques partageant les mêmes idées,

D'un autre côté, sous prétexte de la "souveraineté de l’Ukraine" ou de la défense de la "démocratie" contre l’autocratie de Poutine, les USA et l’OTAN poussent vers une guerre catastrophique pour les travailleurs et les peuples. Les renseignements militaires de l'Otan, et donc l'ONU, savaient pertinemment qu'une invasion russe de l'Ukraine allait se déclencher. Mais rien n'a bougé, comme pour aspirer la Russie de Poutine dans un piège: calculs sordides de la dite "communauté internationale".

Les armes doivent se taire en Ukraine. Ce sont toujours les mêmes, de chaque coté, qui en paient et en paieront le prix fort. Mais au-delà, ce conflit, comme tous les autres, a des répercutions sociales importantes dans l’ensemble de l’Europe et dans le monde. Elles rappellent à ceux qui n'ont jamais subi la guerre que la Paix, la Démocratie et la Justice sociale sont le bien commun le plus précieux pour l'émancipation des peuples. Et le capitalisme à visage humain n'existera jamais.

Commenter cet article

L
je suis en plein accord avec ce texte
Répondre