Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Mantes-la-Jolie (78): pour l'an nouveau, la droite s'est envoyée des marrons en guise de bons vœux

En mars 2020, c'est pas vieux, elle remportait la majorité absolue, avec Mantes unie(sic), lors des élections municipales avec 72,129% des suffrages. La liste conduite par le communiste Marc Jammet obtenait 4 élus avec 22,33% et Lo 1 élu avec 5,46%. Mais dans cette ville tenue par la droite depuis 1995, l'abstention fut de 72,56%. C'était aussi en pleine vague du covid-19.

Raphaël Cognet fut élu maire à la grande satisfaction de Pierre Bédier, ancien maire de Mantes-la-jolie et élu au conseil municipal. Pierre Bédier est également le patron du département et le vice-président du GPS&O (pour ne pas dire président).

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes au sein du parti local de Sarkozy-Fillon (plus Valérie Pécresse désormais). L'élève, Raphaël Cognet, suivait à la lettre les leçons de Pierre Bédier qui l'avait adoubé président du GPS&O, cette méga-métropole de  plus de 400 000 habitants qui assoit sa loi au détriment des communes rendues au rang de sujets sur presque tout.

Et puis patatras, Raphaël Cognet, se sentant des ailes, désira le montrer à son mentor. Alors la droite élue se divisa et une révolution de palais intervint. Autour de Pierre Bédier, une majorité de conseillers municipaux se ligua pour arracher son duvet à leur ancien pote chef de file de Mantes unie(sic). Le clan bédiériste crut la partie fastoche et celui, que le patron du département avait créé, allait céder son écharpe tricolore, sans dire un mot, à l'un de ses adjoints, nouveau porte-voix de Pierre Bédier.

Mais les gnons plurent tant et plus au sein de Mantes unie(sic). Des élus, de droite, favorables au maire élu ont démissionné. Et ce dernier, venant également de quitter le navire, le préfet du 78 va ordonner une nouvelle élection municipale.

C'est le premier adjoint qui s'occupe des affaires courantes, lui bédiériste inconditionnel.

Toutefois, avant ces règlements de compte entre politiciens du même bord, Mantes-la-Jolie fut gérée par Mantes unie au profit des promoteurs immobiliers, de l'argent roi, au détriment de l'emploi, de la santé, des services publics et de la citoyenneté. Mais cela est chose normale chez ces gens-là. Non?

Commenter cet article